Afin de lutter contre la propagation des "rumeurs" sur le net, les autorités chinoises vont déployer des policiers directement dans les principales sociétés du web.

C'est un cap majeur que la Chine s'apprête à franchir en matière de surveillance. En plus des mesures déjà en place pour supprimer les informations qui ne plaisent pas au pouvoir central, Pékin va prochainement déployer des policiers dans les locaux des principales sociétés du web pour empêcher plus rapidement la propagation des contenus illicites sur la toile mais aussi pour augmenter la pression sur ces entreprises afin qu'elles mettent davantage de cœur à l'ouvrage dans la censure.

On ne sait pas encore quelles seront les firmes qui devront accueillir ces "commissariats décentralisés", selon l'expression de Pierre Haski de Rue89, mais Alibaba, qui est le spécialiste du e-commerce en Chine, a d'ores et déjà fait part de sa volonté (a-t-il le choix ?) de coopérer avec les autorités. L'on imagine que des groupes chinois comme Baidu (moteur de recherche), Sina (portail web) et Tencent (réseautage social) vont suivre rapidement le mouvement.

Cette mesure s'appliquera-t-elle aux sociétés étrangères qui ont d'importantes activités sur le net ainsi qu'aux médias basés sur place ? Ce n'est pas précisé. Mais dans la mesure où Pékin a fait de la chasse à la "rumeur" sa nouvelle priorité, l'on ne voit pas pourquoi l'exécutif les traiterait différemment. L'on se souvient que la Chine s'était montrée absolument intraitable lors de son bras de fer avec Google.

Dans son ouvrage "La Politique Internationale de la Chine", Jean-Pierre Cabestan explique que la "stabilité du régime politique et, notamment, de la société" passe, "depuis le milieu des années 2000 [par le] contrôle de l'Internet et [par] la neutralisation par tous les moyens, y compris offensifs (attaques de sites "ennemis"), de l'information électronique perçue comme une menace pour la République populaire". Le déploiement de policiers dans les entreprises web est une nouvelle facette de cette politique.

( photo : CC BY-SA Mitya Ku )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés