L'ARCEP publie sa nouvelle enquête sur la qualité des services mobiles. Dans celle-ci, Orange conserve sa place de leader avec de nombreux indicateurs au-dessus de la moyenne générale. Bouygues et SFR suivent, tandis que Free Mobile, arrivé tardivement dans le secteur des télécoms, est dernier.

C'est un exercice auquel l'ARCEP se prête chaque année : évaluer la qualité de service des opérateurs mobiles métropolitains.

Après une édition 2014 qui a mis en lumière l'avance d'Orange sur bon nombre d'indicateurs et le retard flagrant de Free Mobile causé par une arrivée tardive dans le secteur de la téléphonie mobile, que dit la nouvelle étude du gendarme des télécoms, qui vient d'être publiée sur son site web ?

Levons tout de suite le suspense : la hiérarchie des opérateurs n'a pas bougé cette année. Orange reste le leader du marché, suivi par un duel au coude-à-coude entre Bouygues Télécom et SFR-Numericable (mais le premier enregistre une légère avance). Quant à Free Mobile, il ferme la marche malgré le fait qu'il profite de l'accord d'itinérance avec Orange (celui-ci est pris en compte par l'ARCEP).

Concrètement, Orange a des résultats supérieurs à la moyenne dans 153 indicateurs (sur un total de 210). C'est pratiquement le triple de Bouygues (52 indicateurs au-dessus de la moyenne), qui arrive en deuxième position. SFR compte pour sa part 42 indicateurs dans lesquels ses scores dépassent la moyenne. Et pour Free, seuls 9 indicateurs sont au-dessus de la moyenne.

Mais comme le souligne l'ARCEP, la situation du quatrième opérateur est à prendre en compte car c'est le seul aujourd'hui à cravacher pour déployer son propre réseau 3G.

Pour mener à bien son enquête, le gendarme des télécoms explique avoir effectué environ 160 000 mesures dans divers cas de figure pour "refléter une large diversité de situations (usage à l'extérieur, à l'intérieur, en voiture, en train, dans les agglomérations de plus de 10 000 habitants, dans les communes rurales…) et de services (téléphonie, SMS, transfert de données, web et vidéo)".

Ainsi, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a recueilli des résultats pour la 2G, 3G, 4G aussi bien dans des zones d'habitation (rurales, moyennement ou densément peuplées) mais aussi dans les transports (TGV, trains de banlieue, métro, autoroutes) pour évaluer la capacité à maintenir un appel, à échanger des SMS et à naviguer sur le web.

Les mesures réalisées par l'ARCEP permettent aussi de distinguer les situations en fonction du type de mobile (3G ou 4G), les débits descendants et montants et les vidéos en ligne. Des précisions concernant ces derniers indicateurs sont aussi proposées afin de prendre en compte le type de territoire (rural, moyennement ou densément peuplé).

Ces multiples données ont été rassemblées dans un tableau interactif que vous pouvez consulter sur le site de l'ARCEP.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés