Facebook déploie une nouvelle fonctionnalité en Europe qui permet à chaque membre du réseau social de désigner un contact légataire qui aura la responsabilité d'administrer le profil social du défunt après son décès. Mais il est possible aussi de demander la suppression pure et simple du compte.

C'est une question désormais incontournable pour les réseaux sociaux : comment gérer la mort des usagers qui se sont inscrits ? Alors que les internautes s'inscrivent plus que jamais sur les sites communautaires, ces derniers commencent à se pencher sur le sujet en ajoutant des outils pour signaler la disparition d'un proche et en adaptant leurs conditions d'utilisation pour organiser le devenir des données personnelles.

Dans ce domaine, Facebook est attendu au tournant : il faut dire que la plateforme compte plus d'un milliard de membres et qu'en dix ans d'existence, une partie d'entre eux n'est plus de ce monde. Après avoir longtemps ignoré ce problème, le site a finalement lancé en début d'année une option permettant à un utilisateur de désigner un légataire qui pourra administrer son profil Facebook.

Jusqu'à présent réservée aux États-Unis, la fonctionnalité vient d'arriver en Europe. Accessible dans la section "sécurité" des paramètres du compte (via l'icône située en haut à droite de Facebook), elle donne certains droits à la personne chargée de gérer le compte. En revanche, quelques actions lui seront refusées, afin de préserver la vie privée et la mémoire du défunt.

"Ce contact pourra épingler une publication dans votre journal, répondre à de nouvelles invitations et mettre à jour votre photo de profil. Il ne pourra pas publier en votre nom ou voir vos messages", est-il écrit. "Votre contact légataire ne sera informé(e) qu’après la commémoration de votre compte, mais vous avez la possibilité de lui envoyer un message immédiatement", ajoute le site.

L'utilisation du contact légataire n'est pas obligatoire. Elle vise à faciliter la gestion du compte après le décès en évitant aux proches d'entreprendre des démarches auprès de Facebook pour reprendre en partie la main sur le profil. Il est tout à fait possible de laisser le compte en l'état, mais cela signifie que les demandes de contact ne seront pas honorées, par exemple.

L'alternative consiste à demander la suppression de compte lorsque le décès survient. Une fois Facebook notifié, celui-ci sera détruit (il ne s'agit pas, selon le réseau social, d'une simple désactivation). "Si vous ne souhaitez conserver votre compte Facebook après votre décès, vous pouvez en demander la suppression définitive".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés