La banque BNP Paribas songe à intégrer les Bitcoins dans l'un de ses fonds en devises, mais cherche aussi à exploiter certaines de ses technologies. D'autres établissements français, comme le Crédit Lyonnais et la Société Générale, s'y intéressent aussi.

L'intérêt pour le Bitcoin grandit chez les banques françaises. Malgré les avertissements adressés à la fois par la Banque de France, l'Autorité bancaire européenne et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, qui ont pointé une série de risques liés à cette monnaie électronique (volatilité du cours, risque de piratage, absence de protection règlementaire, etc), quelques établissements se sont emparés de ce sujet.

Ainsi, l'on a vu apparaître des pages explicatives dédiées sur le Bitcoin (par exemple sur le site du Crédit Lyonnais) et des réflexions dans certaines revues spécialisées (par exemple Quintessence (.pdf), qui est éditée par BNP Paribas). Plus récemment, le site Coindesk a expliqué la semaine passée que la Société Générale s'est mise à la recherche d'un expert pour travailler sur cette monnaie.

De son côté, le site International Business Times rapporte, en s'appuyant sur une source interne, que BNP Paribas en est d'ores et déjà au stade du beta test pour inclure le Bitcoin dans un de ses fonds en devises. Une porte-parole, interrogée à ce sujet, n'a pas directement démenti l'information ; elle a par ailleurs confirmée que le groupe réfléchit aux applications permises par le système de la Blockchain.

"Nous sommes en train de regarder la technologie de la Blockchain et de quelle façon elle peut être utilisée sur des processus commerciaux pour rendre les choses plus rapides et potentiellement moins coûteuses, mais tout ceci ne sont que des projets et des tests. Il n'y a rien qui est déployé [sur nos systèmes]".

À notre connaissance, aucune banque française de premier plan n'a à l'heure actuelle démarré des activités commerciales avec le Bitcoin. L'actualité récente montre toutefois que les principaux établissements cherchent à se préparer au cas où la démocratisation des monnaies électroniques – le Bitcoin étant la plus populaire – atteindrait un palier d'utilisation suffisamment élevé.

( photo : CC BY-SA Laurent Vincenti )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés