Les institutions européennes ont défini un nouveau calendrier pour la disparition des frais d'itinérance au sein de l'Union. Ceux-ci doivent expirer le 15 juin 2017.

Bonne nouvelle pour les Européens qui sont régulièrement amenés à voyager sur le Vieux Continent :  les frais d'itinérance (ou "roaming") au sein de l'Union européenne vont totalement disparaître à partir du 15 juin 2017. À l'issue d'interminables négociations, un compromis a en effet été trouvé entre les trois principales institutions de l'UE (le Conseil, la Commission et le Parlement).

Concrètement, un Français pourra utiliser dans deux ans son portable dans n'importe quel pays de l'Union européenne avec la certitude qu'on ne lui réclamera aucun frais supplémentaire. En somme, son forfait s'épuisera de la même façon que s'il était en France, qu'il s'agisse des appels téléphoniques, des envois de SMS / MMS ou des sessions d'Internet mobile.

"Appeler un ami depuis chez soi ou à partir d'un autre pays de l'Union européenne coûtera le même prix", met en avant la Commission.

La date choisie à l'issue des discussions tripartites permet de couper la poire en deux. En effet, le Parlement souhaitait rendre effective la suppression de l'itinérance le 15 décembre 2015, c'est-à-dire très rapidement. De son côté, le Conseil défendait plutôt une disparition en 2018, avec la mise en place d'un nouveau mécanisme de tarification fondé sur une "allocation d'itinérance de base".

Outre le nouveau calendrier préparant l'expiration du roaming au sein de l'UE, l'accord entre la Commission, le Parlement et le Conseil a permis de trouver un accord sur une nouvelle baisse des frais à partir du 30 avril 2016, avec l'instauration d'un surcoût plafonné à 5 centimes par minute d'appel, 2 centimes par SMS et 5 centimes par Mo (hors TVA).

En France, la disparition des frais de roaming est déjà largement anticipée par les opérateurs de téléphonie mobile, qui ont fait ces dernières années de nombreuses annonces d'intégration de destinations européennes dans leurs forfaits illimités (à l'image de Free Mobile, par exemple).

Quel sera l'impact de ce changement sur le comportement des Européens ?

On imagine qu'il sera libérateur, car pour l'instant, l'usage est plutôt à la (grande) modération. Début 2014, la Commission avait publié un sondage qui montrait que 94 % des Européens réduisent leur utilisation de l'Internet mobile à l'étranger, et qu'un Européen sur quatre éteint son téléphone par peur des coûts générés par la réception d'appels ou de SMS.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés