Apple prépare un service concurrent de Google Street View afin d'enrichir son outil de cartographie. La firme de Cupertino fait circuler des véhicules aux États-Unis, mais aussi en Europe.

Apple a bien l'intention lui aussi de disposer de son propre service de visualisation à 360 degrés, pour ne pas laisser Google occuper seul le terrain avec Street View. L'entreprise américaine a donc constitué une petite flotte de véhicules pour filmer la voie publique, aux États-Unis mais aussi en Europe. Selon le site 9 to 5 Mac, ces automobiles circulent depuis au moins le mois de février.

Jusqu'à présent, la firme de Cupertino s'était montrée très discrète sur son nouveau projet. Mais la mise en ligne d'une page web présentant ses "voitures Apple Maps" révèle un changement d'attitude au sein du groupe. De toute façon, à quoi bon cacher cette initiative ? Le secret aurait été éventé tôt ou tard, dans la mesure où les véhicules bardés de technologie ne sont pas vraiment inaperçus.

Évidemment, il faudra du temps avant que le service de visualisation à 360 degrés concocté par Apple arrive à rivaliser avec Street View. L'outil proposé par la firme de Mountain View est en effet développé depuis 2007 et de nombreux pays sont déjà couverts, partiellement ou totalement. Dans le cas d'Apple, la cartographie des villes et des zones rurale débute à peine.

Au cours de la deuxième moitié du mois de juin, Apple prévoit de faire circuler ses voitures dans certaines villes américaines (situées dans treize États différents), mais aussi en Irlande et au Royaume-Uni.

STREET VIEW ET VIE PRIVÉE

Côté vie privée, Apple utilisera les mêmes ingrédients que Google : une technologie de reconnaissance faciale sera utilisée afin de détecter les visages apparaissant sur les photos pour les flouter. Idem pour les plaques d'immatriculation. Ce n'est qu'une fois ce processus achevé que la publication des cartes aura lieu. On imagine qu'il y aura un outil de signalement a posteriori si jamais le système de détection d'Apple fait défaut.

On imagine en tout cas qu'Apple prendra grand soin à ne pas faire la même erreur que Google, qui avait été pris dans une controverse importante il y a cinq ans. À l'époque, il a été découvert que les voitures du groupe américaine collectaient, officiellement par inadvertance, des données sensibles circulant sur des réseaux WiFi non sécurisés se trouvant à portée.

L'affaire avait eu un retentissement international, avec à la clé de nombreuses sanctions en Europe, en Amérique du Nord et dans d'autres pays du monde. En France, la CNIL a condamné Google à une amende de 100 000 euros tandis que sa flotte de véhicules avait été provisoirement immobilisée. L'erreur a depuis été corrigée et les voitures sont désormais autorisées à circuler de nouveau.

( photo : 9 to 5 Mac )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés