L'achat de l'opérateur espagnol Jazztel par Orange est en bonne voie. L'entreprise française vient d'obtenir le feu vert de la Commission européenne, suite à des concessions visant à garantir la concurrence du marché hispanique. Mais il y a encore un obstacle à franchir pour Orange.

C'est presque gagné pour Orange. Ce mardi, l'entreprise française a obtenu le feu vert de la Commission européenne concernant l'acquisition de l'opérateur hispanique Jazztel, dans le cadre d'une OPA lancée en septembre dernier. Mais cette autorisation a été obtenue au prix de certaines concessions dans la fibre optique et l'ADSL, afin de ne pas pénaliser "l'intensité concurrentielle" du marché fixe en Espagne.

Orange va tout d'abord devoir céder une partie de son réseau en fibre optique (720 000 unités immobilières) et devra mettre "temporairement" à disposition du futur acquéreur "une offre d’accès au réseau ADSL de Jazztel contre rémunération". Il faudra aussi que l'opérateur français l'accueille sur son réseau de téléphonie mobile s'il ne dispose pas déjà d'un accès en 2G, 3G et 4G.

Dans son communiqué, Orange assure que cette cette cession ne l'affectera nullement. En acquérant Jazztel, l'entreprise met la main sur son réseau en fibre optique, qui est "composé pour une large partie des prises redondantes". Autrement dit, ce que perd Orange avec l'achat de Jazztel, Orange le regagne autrement. Dès lors, "aucun redéploiement de fibre ne sera nécessaire dans les zones cédées", ajoute l'opérateur.

Il reste encore un obstacle à franchir avant d'entamer l'absorption de Jazztel, à savoir la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV), qui est l'agence gouvernementale espagnole responsable de la réglementation financière des marchés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés