Se présentant comme le successeur de Grooveshark, qui a fermé ses portes suite aux pressions des majors, le site Grooveshark.io vient de connaître ses premiers déboires. Le service a constaté la saisie de son nom de domaine, l'obligeant à déménager ailleurs.

Début mai, Grooveshark a jeté définitivement l'éponge face aux efforts judiciaires des maisons de disques qui cherchaient depuis des années à obtenir sa fermeture. Les gérants de la plateforme, craignant de devoir payer des dommages et intérêts excessivement élevés pour la diffusion illicite des chansons appartenant aux majors, ont donc préféré trouver un accord à l'amiable avec eux.

La nature ayant horreur du vide, il n'a pas fallu bien longtemps pour qu'un nouveau service de musique se manifeste, et prétendant être l'héritier de Grooveshark. Baptisé très opportunément "Grooveshark.io", ce site n'a en réalité aucun lien avec Grooveshark : ce n'est qu'une coquille vide dont les résultats proviennent de MP3Juices.se (ils sont strictement similaires d'un site à l'autre).

Quoiqu'il en soit, le clone de Grooveshark vient de connaître ses premiers ennuis. Apparue avec un nom de domaine géré par le registre NIC.IO (celui-ci étant réservé au territoire britannique de l'océan Indien), la plateforme a été contrainte de changer d'adresse suite à la saisie de son URL. Elle utilise désormais l'adresse .vc (domaine réservé à Saint-Vincent-et-les-Grenadines).

La raison qui a conduit le registre NIC.IO à saisir l'adresse en .io n'a pas été précisée par les responsables de Grooveshark.vc. S'il s'agit d'une décision motivée par une politique anti-piratage, T411 a du souci à se faire. En effet, le site de liens BitTorrent a changé d'adresse en début d'année, abandonnant l'adresse au Monténégro (.me, qui est encore valide) pour une URL en .io.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés