L'opposition au projet de loi sur le renseignement prend de l'ampleur. Alors que l'Assemblée nationale a achevé la semaine dernière l'examen du texte, validant ainsi sa mesure la plus décriée, (les boîtes noires qui surveilleront le comportement des internautes par des algorithmes), la pétition appelant le premier ministre à retirer le texte a gagné 20 000 soutiens supplémentaires, pour un total de 110 000 personnes.

La loi sur le renseignement a déjà produit quelques effets : l'hébergeur Altern.org a commencé à déménager à l'étranger, tout comme le service Eu.org. De son côté, s'il n'est pas question de migrer, Gandi a fait savoir qu'il allait privilégier son développement à l'international.

Sur le site Ni Pigeons Ni Espions, les opposants au texte sont désormais plus de 700 : citons par exemple l'INRIA, le conseil national du numérique, Libération, Framasoft, Mediapart ou encore OVH. L'on pourrait aussi citer Mozilla, qui se dit "fortement préoccupé" par la loi Renseignement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés