Associated Press résume ainsi la politique de la plus grande maison de diques mondiale : « Universal a fait une priorité de recevoir compensation [financière] pour du contenu qui était autrefois vu comme purement promotionnel« . YouTube et MySpace devront en effet payer plusieurs millions de dollars à Universal Music pour continuer à diffuser des clips musicaux envoyés par les utilisateurs, ou d’ici la fin du mois affronter les tribunaux, annonce l’agence de presse. Selon ses sources, les pourparlers seraient tendus avec YouTube mais en meilleure voie avec le MySpace du groupe News Corp.
S’il veut assurer à SpiralFrog un succès d’audience, Universal doit éliminer toute concurrence au service gratuit publicitaire de son nouveau partenaire commercial. Mais alors que SpiralFrog n’existe encore que sur le papier, YouTube délivre déjà 100 millions de vidéos par jour et MySpace a dépassé Google en terme de pages vues. Se fâcher avec les deux pourrait coûter cher à Vivendi.

(Merci à kraftonZ pour l’information)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés