C'est donc à partir du 13 avril que sera examiné en séance plénière de l'Assemblée nationale le projet de loi sur le renseignement. Examen qui se fera au pas de charge, puisque c'est sous la procédure d'urgence (une seule lecture) que les parlementaires devront débattre du texte. Le vote solennel surviendra très peu de temps après. Le scrutin est en effet prévu le 5 mai.

À l'occasion de l'ouverture des discussions parlementaires, les organisations opposées au projet de loi dans sa forme actuelle (la Quadrature du Net, le syndicat de la magistrature, Attac, Amnesty International, la Ligue des Droits de l'Homme…) lancent un appel à manifestation qui aura lieu le 13 avril à Paris devant l'Assemblée nationale, à partir de 12h30.

"Les citoyens doivent montrer qu'ils refusent de céder à la logique de surveillance généralisée et sans garantie présentée comme indispensable par le gouvernement", expliquent les organisateurs, et "exiger une discussion démocratique protégeant chacun contre les dérives d'une société de surveillance et assurant un contrôle strict et indépendant de l'activité des services de renseignement".

( photo : CC BY-SA Richard Ying & Tangui Morlier )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés