En 2009, la Free Software Foundation avait exposé 7 raisons pour ne pas migrer vers Windows 7. L'une d'elles faisait référence aux pressions exercées par Microsoft sur les standards. L'ONG notait alors que la firme de Redmond n'hésitait pas à contrer le déploiement des formats ouverts, comme OpenDocument (ODF), en optant parfois pour des méthodes particulièrement sournoises.

Depuis, les choses ont un peu changé. Dans un message publié vendredi dernier, Microsoft annonce que sa suite bureautique en ligne, Office 365, pourra gérer l'export des documents au format ODF 1.2. Une évolution quelque peu forcée, car Microsoft aurait préféré continuer à pousser Office Open XML, un format créé par Microsoft visant à assurer l'interopérabilité et à concurrencer OpenDocument.

L'entreprise américaine a été contrainte de revoir ses plans après un face à face perdu contre le gouvernement britannique, qui a préféré choisir le format ODF comme standard pour les documents produits par les administrations du Royaume-Uni. Dès lors, après une phase de contestation qui n'a pas permis de renverser la tendance, Microsoft n'avait pas d'autre choix que de céder.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés