Aux États-Unis, un recours collectif s'est formé contre Facebook à la suite d'achats inconsidérés réalisés par des enfants. Leurs parents ont découvert des dépenses s'élevant à plusieurs centaines de dollars et n'ont pas pu obtenir leur remboursement intégral.

Afin d'empêcher les enfants d'effectuer des achats involontaires, Apple et Google ont pris diverses mesures sur l'App Store et Google Play, qui sont les deux principales plateformes d'applications : contrôle parental, catégorie pour les mineurs, renforcement du contrôle des achats sur l'App Store, modification sémantique pour ne plus considérer les applications freemium comme des programmes gratuits

Ces changements étaient réclamés notamment par Bruxelles au motif que les jeux ne devraient pas encourager directement les enfants à acheter des applications intégrées dans un jeu ou persuader un adulte d’en acheter pour eux. Il s'agissait aussi, pour Apple et Google, d'échapper à d'éventuels recours collectifs. En 2012, la firme de Cupertino s'était retrouvée dans cette situation.

FACEBOOK DANS LE VISEUR

Aujourd'hui, c'est Facebook qui est dans le collimateur de la justice. Un procès doit avoir lieu le 19 octobre à la suite d'une plainte déposée par des parents américains, qui n'ont pas pu obtenir le remboursement intégral des sommes dépensées par leurs enfants dans un jeu ("Ninja Saga").

Le site IT World, qui rapporte l'affaire, raconte que l'un des enfants a demandé initialement 20 dollars pour faire des achats dans Ninja Saga, via la monnaie virtuelle du réseau social (les crédits Facebook). Mais au final, il s'avère qu'il a dépensé plusieurs centaines de dollars, pensant utiliser un système qui n'avait pas d'incidence particulière sur une devise ayant court légal.

UNE DÉPENSE DE 1000 DOLLARS

L'autre mineur a été plus loin encore, puisqu'il a subtilisé la carte bancaire de ses parents pour effectuer des dépenses à hauteur de 1000 dollars. Là encore, la demande de remboursement intégrale n'a pu être satisfaite : seul un montant dérisoire (59,90 dollars) a été restitué.

Dans leur plainte, les plaignants réclament deux choses : d'abord, l'annulation des dépenses engendrées par les enfants, dans la mesure où les règles de Facebook stipulent que les paiements doivent être faits par des personnes majeures ou avec l'assentiment des parents. Ensuite, la modification du règlement du site communautaire, afin qu'il soit beaucoup plus protecteur en cas d'achat involontaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés