Depuis les révélations de Snowden, l'ampleur des pouvoirs de la NSA est justifiée par la lutte anti-terroriste. Mais les USA ne sont pas les seuls à faire face au terrorisme. La Chine se dit aussi victime de ce fléau et souhaite donc surveiller aussi les télécommunications, en obligeant les firmes américaines à livrer les clés de chiffrement de leurs produits vendus dans le pays.

C'est un sujet qui est en train de contrarier les relations entre la Chine et les États-Unis. Profitant des révélations de Snowden et brandissant la nécessité de lutter contre le terrorisme, Pékin est en train de préparer une nouvelle loi qui obligera les entreprises américaines à transmettre aux autorités chinoises les clés de chiffrement des produits vendus dans l'Empire du Milieu.

Une demande jugée inadmissible par la Maison-Blanche. Dans un entretien accordé à Reuters, Barack Obama explique avoir abordé ce problème avec son homologue chinois, Xi Jinping. "C'est un point que j'ai abordé directement avec le président Xi. Nous avons été très clairs envers eux que c'est quelque chose qui devra changer s'ils veulent faire des affaires avec les États-Unis".

Cette législation "va principalement obliger les compagnies étrangères, dont celles venues d'Amérique, de remettre au gouvernement chinois des mécanismes à travers lesquels il pourra espionner et garder une trace de tous les usagers de ces produits. Comme vous pouvez l'imaginer, les entreprises high tech ne sont pas dans l'optique de faire ça", ajoute le président américain.

Sauf que Washington n'est pas vraiment en situation de pouvoir donner des leçons, car c'est aussi au nom de la lutte anti-terroriste que la NSA dispose de moyens très vastes et bénéficie d'un cadre juridique lui permettant d'accéder à des tonnes de données personnelles provenant des principaux services en ligne américains (Google, Facebook, Skype, Yahoo…).

Indéniablement, Pékin a des arguments à faire valoir grâce aux révélations de Snowden qui ont levé le voile sur les opérations secrètes et très controversées de la NSA. Et la Chine peut tout à fait brandir la menace terroriste pour justifier une telle mesure. Après tout, le pays n'est-il pas confronté à des troubles importants au Tibet et dans la province autonome de Xinjiang ?

Le texte, qui est encore susceptible d'évoluer, pourrait être adopté prochainement. Reuters évoque une mise en vigueur dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés