Lenovo risque de payer cher le fait d'avoir pré-installé l'adware Superfish sur certains de ses ordinateurs portables. Déjà ciblé par un recours collectif aux États-Unis, le constructeur chinois fait maintenant face à une enquête au Connecticut, ouverte par le procureur général George Jepsen.

Les autorités réclament notamment une copie des mails et des contrats qui ont permis d'organiser l'installation de Superfish dans les produits de Lenovo. George Jepsen juge ces révélations "alarmantes" et sont susceptibles "de compromettre sérieusement la sécurité et la vie privée des usagers".

Lenovo a fait savoir qu'il allait coopérer avec les pouvoirs publics américains sur ce sujet. Le fabricant chinois a d'ores et déjà présenté ses excuses pour l'existence de Superfish et fourni un guide de désinstallation pour nettoyer son ordinateur portable.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés