Partenaire de CarPlay, Toyota est en train de prendre ses distances avec les systèmes d'exploitation pour voiture imaginés par Google et Apple. À la place, le constructeur automobile japonais compte s'appuyer sur sa propre plateforme logicielle.

L'an dernier, Apple et Google ont chacun dévoilé leur vision pour l'automobile connectée. Le premier a présenté son système CarPlay, tandis que le second a annoncé l'arrivée d'Android Auto. À ce moment-là, les deux entreprises avaient évidemment pris soin de réunir autour d'elles toute une ribambelle de constructeurs pour montrer à quel point leur projet était accueilli avec grand intérêt au sein de l'industrie automobile.

En réalité, les incursions de Google et Apple dans l'univers automobile ne provoquent pas forcément un enthousiasme béat chez l'ensemble des constructeurs. Toyota, par exemple, est en train de prendre ses distances avec CarPlay. L'entreprise japonaise ne semble en effet pas tout à fait disposée à céder son tableau de bord à une autre entreprise, selon le New York Times.

"Pour l'instant, nous préférons utiliser nos plateformes propriétaires développées en interne", explique John Hanson, le responsable des technologies de communication avancées chez Toyota. Ce dernier précise que l'entreprise n'a pour le moment pas l'intention d'intégrer Android Auto ou CarPlay dans ses voitures à destination du marché américain.

La posture attentiste de Toyota, qui préfère pour l'instant s'en remettre à ses propres solutions, n'est pas sans rappeler la situation que connaissait le secteur des smartphones avant l'entrée en lice d'Apple et de Google. Avant iOS et Android, le marché était relativement éclaté : chaque fabricant ou presque disposait de son propre système d'exploitation maison. Puis, Android est descendu dans l'arène.

La suite est connue.

La puissance de frappe de Google combinée à sa stratégie de fournir son O.S. au plus grand nombre a permis à Android de se placer au centre du jeu, avec une part de marché évaluée à 80 %. Aujourd'hui, la majorité des fabricants utilise Android comme plateforme. Les rares qui résistent sont Apple, BlackBerry et Nokia, qui est contrôlé par Microsoft (et qui lui fournit Windows Phone).

L'on peut se demander si cette stratégie ne sera pas répétée dans l'univers des voitures, avec cette fois deux entreprises la mettant en œuvre. Produira-t-elle le même résultat ? Si c'est le cas, c'est-à-dire si Android Auto et CarPlay équipent la quasi-totalité des véhicules, l'on peut supposer que Toyota ne tardera pas à laisser tomber sa solution maison pour rallier l'une ou l'autre plateforme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés