Alors que des discussions sur un rapprochement avaient eu lieu, Tesla et Apple seraient désormais en concurrence frontale pour conquérir les parts de marché de l'automobile du futur.

Partenaires ou concurrents ? Il y a tout juste un an, le fondateur de Tesla Elon Musk confirmait avoir rencontré Apple, refusant de démentir entièrement une rumeur qui prêtait à Apple l'intention de racheter Tesla. Le génial homme d'affaires que l'on compare parfois au Tony Stark du comic Iron Man avait jugé "très peu probable" une acquisition de son entreprise de conception de voitures électriques très haut de gamme, sans fermer complètement la porte.

Un an plus tard, Business Insider rapporte que source interne à la firme de Cupertino qu'Apple travaille sur des projets liés à l'automobile, et qu'Apple avait débauché une cinquantaine d'ingénieurs de Tesla. Tim Cook s'en donne les moyens puisqu'il proposerait à chacun un chèque de 250 000 dollars à la signature, en plus d'une augmentation de salaire très significative — auparavant, Tesla avait lui-même recruté 150 employés d'Apple.

"Je pense que ça changera le paysage et que ça donnera du fil à retordre à Tesla", assure la source de Business Insider. Elle n'indique pas si Apple construit elle-même sa propre voiture électrique, ou si la firme continue à se concentrer uniquement sur l'interface de bord, comme c'est le cas avec CarPlay. Toutefois selon le quotidien économique, "la plupart des ingénieurs qu'Apple a débauché de Tesla sont spécialisés dans la mécanique, l'industrie et la robotique", ce qui donne plutôt corps à l'hypothèse d'une "iCar" faite maison.

SUPPRIMER LA PROPRIÉTÉ

Steve Jobs lui-même avait rencontré Volkswagen dès 2007, et des fuites ont démontré qu'un projet d'iCar était à l'étude depuis plusieurs années. Mais jusqu'à présent la stratégie d'Apple a toujours été de se rapprocher de constructeurs automobiles qui disposent de toute l'expérience et des usines nécessaires, et de ne leur proposer qu'une surcouche logicielle pour les services embarqués. L'hypothèse d'une voiture entièrement conçue par Apple de la carrosserie au moteur semble encore très éloignée.

La tentation de créer une voiture autonome Apple a toutefois un sens. La firme regarde sans doute avec intérêt et craintes les avancées de Google dans le domaine, et les projets de Uber qui vient d'ouvrir son propre centre R&D dédié aux voitures autonomes, pour mettre les coûteux VTC au chômage. 

L'idée de la Silicon Valley pour les prochaines décennies est de supprimer la propriété et même la location permanente des voitures par les individus, pour les remplacer par des flottes de véhicules pilotés par des robots, que les consommateurs pourraient louer à la course, en fonction de leurs besoins. Il suffirait de sortir son iPhone, de dire où l'on souhaite se rendre, et la voiture sans chauffeur la plus proche viendrait automatiquement chercher le passager. Toute la plus-value commerciale sera alors répartie entre le propriétaire des flottes de voitures et les éditeurs des applications qui permettent de les commander. Le grand luxe étant, bien sûr, de détenir toutes les cartes dans les mêmes mains.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés