Dans son dernier rapport de transparence, Twitter a noté une nouvelle baisse des demandes de censure venant des autorités françaises pour le second semestre 2014. Par contre, les requêtes sur des données personnelles pour identifier des utilisateurs restent nombreuses.

Les autorités françaises ont sollicité moins souvent Twitter au cours du second semestre 2014 pour réclamer la suppression de certains contenus jugés illicites, en comparaison du pic survenu quelques mois auparavant.

C'est ce qui ressort du nouveau rapport de transparence publié cette semaine par le réseau social. En revanche, les requêtes gouvernementales et judiciaires demandant des réquisitions de données permettant d'identifier des titulaires de comptes demeurent élevées.

 

Entre juillet et décembre 2014, les autorités françaises ont adressé 60 requêtes visant 81 comptes sur le site communautaire. Dans 13 % des cas, des informations ont effectivement été transmises : c'est à peine plus d'un cas sur dix. Jamais autant de demandes n'avaient été envoyées : c'est toutefois au cours du second semestre 2013 que le record du nombre de comptes visés a été atteint (102), avec pratiquement une demande sur quatre qui a été honorée.

Concernant la suppression des contenus jugés illégaux, une décrue peut être observée depuis le second semestre 2013. Le nombre de requêtes judiciaires est passé de 3 à 1, tandis que les demandes administratives ont été divisées par neuf (de 306 à 34). Le nombre de comptes visés par ces sollicitations est passé de 146 à 38 (presque quatre fois moins) et le nombre de messages concernés par ces suppressions a reculé de 133 à 15 (pratiquement neuf fois moins).

L'écart d'activité entre le second semestre 2013 et les six derniers mois de 2014 s'explique en particulier par la coopération entre le site communautaire et les associations de lutte contre les discriminations et les actions de ces dernières, avec le soutien des autorités, à la suite de la propagation de certains mots-clés racistes, antisémites et homophobes.

Enfin, s'agissant des requêtes de retraits de liens piratés, Twitter note une véritable explosion par rapport aux périodes précédentes, avec un total de 16 848 signalements contre 9199 pour le premier semestre 2014 et 6680 pour les six mois précédents. En moyenne, deux contenus sur trois qui ont signalés sont retirés par le réseau social. En tout, ce sont 17 359 comptes qui sont concernés, à travers 32 462 messages et 17 809 fichiers en tout genre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés