Alors que la bataille des baladeurs MP3 reprendra bientôt en préparation des courses de Noël, Creative nous propose cet été le Creative Zen V. A-t-il les moyens de détrôner l'iPod nano ? Nous l'avons testé pour vous.

Positionnement : Le Creative Zen V et son petit frère le Zen V Plus (qui ajoute la FM et le support de la vidéo) viennent ajouter à la gamme Creative un baladeur à mémoire Flash installé sur le même créneau que l’iPod nano d’Apple. Avec trois versions 1, 2 ou 4 Go (uniquement pour la version Plus que nous n’avons pas testée), le Zen V cherche à séduire un public à la fois exigeant sur le prix, le look et la capacité de stockage.

Caractéristiques techniques : Le Zen V est un baladeur très compact (67 x 43 x 15 mm), et particulièrement léger avec uniquement 43,5 g, batterie comprise. Il est disponible en versions 1 Go ou 2 Go, voire 4 Go sur le Zen V Plus, et supporte les formats audio MP3 et WMA (jusqu’à 320 Kbits/s) avec ou sans DRM, et le WAV (PCM et IMA ADPCM). Son écran OLED 128 x 128 pixels (262 000 couleurs) de 37 mm de diagonale permet l’affichages d’images au format JPEG. Le Creative Zen V possède une fonction dictaphone grâce à son micro intégré, qui enregistre en IMA ADPCM (8 kHz, mono), ainsi qu’une fonction d’enregistrement en entrée de ligne en WMA (128 Kbits/s et 160 Kbits/s). Il se connecte à l’ordinateur en USB 2.0, avec le protocole MTP.

Accessoires : Le baladeur est fourni avec écouteurs, câble de connexion USB 2.0, dragonne, étui de rangement en tissu et Creative a même pensé au câble d’entrée-ligne jack 3.5 pour l’enregistrement. Malheureusement, le fabricant ne fournit pas de chargeur (sauf en option) puisque le seul chargement possible de la batterie interne s’effectue via la prise USB. Ce détail témoigne déjà d’une volonté de Creative de destiner le baladeur au bureau plus qu’au voyage, comme nous le verrons dans le test. Les écouteurs par ailleurs gagneront à être remplacés tant ils perdent en graves et saturent dans les aigus. Enfin on appréciera la qualité de l’étui avec ses cordelettes de fermeture, mais son utilité nous a semblé limitée.

Design et prise en main : Au premier regard, le Zen V a de quoi séduire. Il tient au creu de la paume de la main et bien qu’entièrement plastique, sa coque ne donne pas l’impression d’être fragile et son vernis est peu sensible aux rayures (mais attention aux traces de doigts). Sa couleur noir brillant ajoute de la profondeur aux couleurs chaudes de l’écran. Mais à l’utilisation, les choses se gâtent un peu. La petitesse du baladeur et ses formes courbes ont tendance à le faire glisser des mains un peu moites. Surtout et c’est le seul véritable gros point négatif de ce test, Creative a choisi un bouton multidirectionnel (sorte de mini-joystick) pour la navigation dans les menus, mais il devient rapidement frustrant : très petit et trop résistant, il faut quasiment utiliser l’ongle pour le faire bouger. Sans doute pour le protéger des mauvais coups, Creative l’a même sous-placer par rapport à la coque, ce qui le rend d’autant moins accessible. Lorsque l’on a goûté à la molette cliquable de l’iPod, il faut avouer que ce type de navigation est difficile à supporter. Deux boutons en façade viennent épauler ce stick. Un bouton classique de « lecture/pause », et un autre d’annulation qui lorsqu’il est maintenu enfoncé, fait apparaître un menu contextuel. Ces boutons-ci sont bien pensés et simples à utiliser, bien qu’un peu trop résistants selon nous.
Sur la façade gauche, un bouton coulisse permet (vers le bas) d’allumer et éteindre l’appareil ou (vers le haut) de verrouiller le baladeur. La façade opposée offre un réglage du volume et un très discret bouton d’enregistrement pour activer le dictaphone.

Globalement, sans être irritante, la manipulation du baladeur souffre du format compact souhaité par Creative. Son utilisation n’est clairement pas appropriée pour ceux qui aiment fouiller dans leurs playslists toutes les deux minutes et zapper entre les morceaux. Le Zen V semble avoir été pensé principalement pour ceux qui écoutent leur baladeur au bureau, comme en témoigne l’écran OLED…

Ecran et navigation : En intérieur, l’écran OLED fait excellente impression, avec des couleurs agréables parfaitement mises en relief par la coque noir. Sans atteindre le contraste d’un écran LCD, l’écran dégage une bonne impression de chaleur et sa résolution est largement suffisante pour sa petite taille (26 mm de largeur). Mais en extérieur, c’est la catastrophe. Même sous les nuages, l’écran devient illisible. Le manque de luminosité saute aux yeux (si l’on peut dire) et chercher un album pendant son jogging relève de l’exploit sportif. Le réglage de luminosité n’y fait rien : il est déjà au maximum dans son réglage d’usine. C’est d’autant plus dommage que Creative profite de la qualité de l’écran et de ses 262.144 couleurs pour afficher de nombreuses informations pendant la lecture d’un titre : pochette de l’album, nom de la chanson, de l’artiste, durée, témoin de batterie, heure, barre de progression, mode de lecture… Le tout suffisamment bien agencé pour ne pas saturer l’écran.
La navigation dans les menus est quant elle intuitive, avec des menus clairs et une organisation logique à entrées multiples (artistes, albums, genres…). L’ensemble est traduit dans un français impeccable. Il est possible de définir des favoris et de créer des playlists à la volée, mais cette dernière fonction manque en revanche d’intuitivité… et d’utilité puisque l’on devra sans cesse utiliser l’ordinateur pour recharger l’appareil. La création de playlists sous Windows reste bien plus pratique et rapide. On apprécie en outre le temps de chargement quasiment imperceptible des morceaux (qui explique sans doute et ferait presque oublier l’interminable temps de mise en route du baladeur).

Performance : Côté autonomie, le Creative Zen V tient toutes ses promesses. Le fabricant annonce jusqu’à 15 heures de lecture et nous avons constaté 14 heures d’autonomie à un volume réglé aux deux tiers. Rien à redire de ce côté là. En revanche, et c’est génant pour un baladeur dédié à la musique, la qualité de restitution sonore est assez décevante dans les réglages de base. Sur un Hallelujah de Handel, les voix basses sont écrasées voire imperceptibles, et les sopranos tendent au contraires au criard. Heureusement, Creative propose un égaliseur à bandes pour corriger le tir, et dans l’ensemble (à condition de changer d’écouteurs !) la restitution est agréable.
Côté enregistrement, le Line-In donne des résultats très corrects avec le WMA en 128 kbps, mais son utilisation est limitée. Entre la démocratisation du podcasting et la numérisation des CD, il est rare de devoir s’en remettre à cette fonction qui a tout de même le mérite d’exister.

Logiciels : La suite logicielle proposée par Creative est assez classique, avec le centre-à-tout-faire Creative Media Explorer, le gestionnaire de podcasts ZENCast Organizer et le clone d’iTunes, Creative MediaSource 5. Les outils se révèlent simples à utiliser mais les temps de transfert véritablement pénibles. Comptez en moyenne plus de cinq secondes par chanson, soit environ une minute par album. Si vous utilisez régulièrement la fonction « mélanger » pour synchroniser aléatoirement votre baladeur, ce temps de transfert peut sembler long, très long. Et surtout incompréhensible par rapport aux performances des autres baladeurs.
Notez que l’utilisation du protocole MTP permet à Windows Vista de gérer parfaitement le baladeur sans l’installation du moindre pilote. En revanche, il sera plus pénible d’utiliser le Zen V sous Linux ou sur un Macintosh, puisque rares sont les solutions actuelles sur ces systèmes pour gérer le protocole mis au point par Microsoft.

Conclusion : A un prix annoncé à partir de 120 euros pour la version 1Go et 150 euros pour le 2 Go, le Creative Zen V est un concurrent très sérieux de l’iPod nano. Si vous envisagez une utilisation plutôt sédentaire et basique des baladeurs, ses défauts (stick directionnel trop petit, absence de chargeur, écran illisible en extérieur, perdition du son dans les basses et dans les aigus, taux de transfert faiblards…) se feront vite oubliés au bénéfice de ses qualités : petite taille, poids plume, excellente autonomie, facilité d’utilisation, prix… En revanche si le baladeur doit devenir votre plus fidèle compagnon, passez votre chemin. Attendez la fin de l’année, surtout qu’Apple devrait présenter sa nouvelle gamme dans quelques semaines.

Note finale : 7/10
(notre barème est volontairement sévère, pour que le cas échéant un 10/10 ait une vraie valeur distinctive)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés