La récente agitation qui a eu lieu sur le cours boursier de BlackBerry a poussé les autorités boursières américaines et canadiennes à y regarder de plus près. Des rumeurs ont fait état de discussions entre BlackBerry et Samsung sur l'achat du premier par le second.

En début d'année, des bruits de couloir ont laissé entendre l'existence d'une négociation entre Samsung et BlackBerry. D'après ces rumeurs, le constructeur sud-coréen aurait été disposé à acheter la société canadienne, pour un montant de plusieurs milliards de dollars. Toutefois, les deux groupes n'ont pas tardé à publier des démentis : officiellement, il n'y a aucune discussion de cette nature.

Cela étant, Samsung et BlackBerry ont renforcé leurs liens. Il y a eu par exemple le développement de quelques outils de sécurité sur Android pour protéger les communications. Et il y a quelques semaines, Samsung a affiché son désir de travailler plus étroitement avec BlackBerry, en particulier dans le domaine professionnel ("business to business"), où le groupe canadien dispose d'une assise.

Outre-Atlantique, les autorités de réglementation des activités boursières ont toutefois décidé d'ouvrir une enquête pour vérifier si les bruits de couloir concernant Samsung et BlackBerry n'ont pas été lancés dans une tentative de manipulation des cours. En effet, à la suite de ces rumeurs, l'action de BlackBerry a provisoirement grimpé de 30 % avant de revenir à des niveaux plus habituels.

L'enquête, qui mobilise des services aux États-Unis et au Canada selon le Wall Street Journal, s'intéressera certainement aux mouvements des actions au cours de cette brève valorisation du cours de BlackBerry. Selon la presse américaine, cette procédure de vérification est courante lorsque des brusques variations de cours surviennent, afin de vérifier si elles ont été délibérées provoquées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés