Après Elon Musk et Stephen Hawking, c'est au tour de Bill Gates de faire part de ses craintes sur l'intelligence artificielle. S'il reconnaît qu'elle sera utile au début, elle pourrait toutefois constituer un sérieux problème à long terme.

Est-il nécessaire de se pencher avec beaucoup plus de rigueur sur le développement de l'intelligence artificielle ? C'est la question que l'on peut légitimement se poser, au regard du nombre croissant de personnalités issues des sciences et des nouvelles technologies qui font part de leur inquiétude à l'idée d'une machine capable de produire une réflexion équivalente ou supérieure à celle d'un humain.

Après Elon Musk et Stephen Hawking, qui ont tout deux estimé que cette discipline constitue une menace pour l'humanité, c'est au tout de Bill Gates de redouter l'émergence d'une intelligence artificielle vraiment performante. Au cours d'une discussion sur Reddit, le fondateur de Microsoft n'a pas caché sa préoccupation. "Je suis dans le camp de ceux qui sont préoccupés par la super-intelligence [artificielle]".

Pour le milliardaire, le problème posé par l'IA ne se pose pas dans l'immédiat. "Au début, les machines vont effectuer de nombreuses tâches et ne seront pas très intelligentes. Ce devrait être positif, si nous gérons bien", estime-t-il. L'aide apportée par ces nouveaux systèmes devrait même faciliter leur acceptation au sein du grand public et encourager à aller plus loin encore.

Mais à long terme, c'est une autre histoire. Surtout si l'intelligence artificielle finit par atteindre un stade où elle peut s'améliorer en totale autonomie. "Dans quelques décennies, l'IA devrait être assez forte pour être une préoccupation. Je suis d'accord avec Elon Musk et quelques autres sur ce point et je ne comprends pas ceux qui ne s'en inquiètent pas", conclut-il.

L'encadrement de l'IA et sa limitation sont des sujets qui vont prendre de l'ampleur dans les années à venir. Certains comme Elon Musk estiment même qu'il ne faut pas attendre. Le fondateur de PayPal, SpaceX et Tesla Motors a par exemple mis sur la table 10 millions de dollars pour un fonds qui vise à orienter les travaux de cette discipline vers une meilleure prise en compte des besoins de l'humanité.

Au sein de la communauté des ingénieurs et des scientifiques, une lettre ouverte sur l'intelligence artificielle a également circulé. Signée par plus de 1500 personnalités, elle veut souligner le risque de dérive d'une IA dont les progrès techniques seraient réalisés en dehors de toute considération sur les progrès sociétaux qu'elle doit apporter.

( photo : CC BY PopCultureGeek )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés