Après une forte érosion survenue ces derniers jours, le cours du Bitcoin a fortement chuté au cours de la journée, passant de 210 à 160 euros, avant de se reprendre quelque peu. Cet effondrement, qui n'est pas le premier rencontré par la monnaie électronique, peut avoir plusieurs explications.

Une fois encore, le Bitcoin se retrouve en difficulté. Après la spectaculaire débâcle survenue en 2013, au cours de laquelle la monnaie électronique a vu son cours être divisé pratiquement de moitié (de 900 euros à près de 450 euros), la devise vient de connaître ce mercredi un nouvel effondrement.

Alors que la devise valait encore 210 euros en début de matinée, celle-ci a plongé vers 8 heures jusqu'à 160 euros. Cette chute fait suite à une érosion importante qu'a connue la monnaie au cours de ces derniers jours. La semaine dernière, celle-ci s'échangeait contre environ 280 euros. Mais au fil des jours, le cours a constamment reculé.

Une reprise semble toutefois se dessiner, avec une remontée du cours aux alentours de 190 euros.

Qu'est-ce qui peut expliquer ce nouveau krach que vient de connaître le Bitcoin ?

Au cours des dernières semaines, plusieurs évènements ont marqué l'actualité de la monnaie électronique. Début janvier, la plateforme d'échange Bitstamp a par exemple été la victime d'un piratage au cours duquel l'un des portefeuilles opérationnels a été compromis. À cette occasion, un montant d'environ 19 000 Bitcoins (près de 4 millions d'euros avant le krach) a été dérobé sur le service, qui a par ailleurs suspendu ses activités pendant quelques jours.

Il y a aussi eu la décision du régulateur des télécommunications russe, Roskomnadzor, de bloquer l'accès à au moins sept sites liés au Bitcoin au prétexte que cette monnaie "contribue à la croissance de l'économie parallèle", indique Silicon Angle. Ces derniers mois, les autorités russes ont envoyé des signaux défavorables, jugeant le Bitcoin volatil et uniquement fondé sur la spéculation.

La fermeture annoncée de la plateforme d'échange canadienne Vault of Satoshi, qui sera effective le 5 février, est aussi un évènement qui a pu avoir une incidence, même si le poids de cet acteur dans l'économie du Bitcoin est à relativiser. En outre, la vive concurrence entre acteurs du Bitcoin entraîne naturellement la disparition de plusieurs d'entre eux.

Le krach peut aussi avoir des explications plus classiques. Il est possible qu'un acteur détenant une grande quantité de Bitcoin ait souhaité manipuler le cours en vendant une part de son portefeuille pour provoquer la chute du cours, et racheter à meilleur prix

Il peut aussi s'agir d'une fuite d'un certain nombre de spéculateurs, qui revendent massivement leurs Bitcoins, ce qui pourrait être le signe de la désillusion, après l'euphorie : il fut un temps où le Bitcoin s'échangeait pour un petit millier d'euros.

( photo : Jeroen Blokland )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés