L'industrie du disque devrait peut-être manger davantage de pizzas. Ca lui rappellerait peut-être quelques douloureux souvenirs et notamment celui de l'échec de Pathé lorsqu'il s'est accroché à son modèle économique 100 % propriétaire...

Avant nos congés qui commenceront à la fin de cette semaine et s’étendront jusqu’à la fin du mois, la rédaction s’offrait ce week-end un petit séjour en Vendée quand vint l’envie de tester la gastronomie locale : une pizza. C’est donc d’un pas décidé que nous entrons chez un pizzaiolo visiblement amateurs de vieux disques.

L’homme expose dans sa pizzeria certaines pièces préciseuses de sa collection. C’est alors que nous apercevons en hauteur un disque vinyle du début du siècle dernier qui a probablement inspiré la politique de Steve Jobs pour son couple iPod/iTunes. « N’écoutez les disques Pathé que sur les Appareils Pathé« , prévient ainsi la pochette en grosses lettres. A gauche et à droite du cercle central figurent deux avertissements encadrés sur les brevets Pathé et l’interdiction d’utiliser le disque sur un autre appareil que celui de la firme. La pochette était tellement consacrée à protéger le modèle économique de Pathé qu’il nous a été impossible de déchiffrer sur le disque le nom de la chanson et de l’artiste.

Pour la petite histoire il s’agit certainement de l’un de ces disques Pathé de 90 tours/minute créés en 1906, qui malgré un premier succès en France ont totalement échoué face au 78 tours… Contrairement aux disques Pathé, ce dernier était lisible sur des tourne-disques de différentes marques. Face à cet échec Pathé a d’abord tenté vers 1910 de licencier sa technologie auprès d’autres fabricants de phonographes, avant de se résoudre en 1920 à produire lui-même des 78 tours. Ce fut cette fois un succès commercial, mais la stratégie propriétaire du groupe a échoué.

En 1928, Pathé a vendu ses activités musicales à Columbia. Pathé et Pathé-Marconi font désormais partie du porte-feuilles de EMI… qui avec l’embauche de Barney Wragg à la tête du numérique, pourrait être tentée d’imposer une politique propriétaire.

L’histoire n’est qu’un éternel recommencement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés