L'application principale de Facebook sur mobile est désormais moins installée qu'auparavant. Une baisse qui s'explique par la stratégie du réseau social de proposer plusieurs programmes très spécialisés, au lieu de tout regrouper dans un seul logiciel.

Dans le mobile, Facebook a choisi de disposer de plusieurs applications très spécialisées au lieu de n'en avoir qu'une seule qui rassemblerait toutes leurs fonctionnalités. Aujourd'hui, on dénombre pas moins de sept programmes différents appartenant au site américain. Outre le logiciel principal qui permet d'accéder au réseau social, il y a Messenger Slingshot, WhatsApp, Rooms, Instagram et Groups.

Ce choix n'est pas dénué de sens. En proposant des applications ayant un rôle précis, Facebook tente de concurrencer les autres solutions sur leur terrain. La discussion par messagerie privée sur Facebook a ainsi été retirée de l'application principale pour en faire un logiciel à part, en vue de renforcer les positions du site communautaire dans le secteur de la messagerie privée par exemple.

C'est en quelque sorte une manière de contrer l'apparition de nouveaux services plus populaires et qui menacent l'avenir de Facebook, qui sait que les adolescents sont de plus en plus tentés d'aller voir ailleurs.

Cependant, le plan suivi par Facebook a aussi ses inconvénients.

Elle divise l'audience de son public et nuit toutes proportions gardées à la popularité de son application principale. Celle-ci était installée sur 76,2 % des mobiles aux USA en novembre 2013. Ce score est tombé à 69 % un an plus tard. Mais à l'inverse, Messenger est passé d'un taux de présence sur les mobiles de 22,1 à 43,1 %, selon des données de ComScore citées par Marketing Land.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés