Lancé aux USA, le service Apple Pay arrivera tôt ou tard en Europe. Selon la presse britannique, des négociations sont en cours au Royaume-Uni avec au moins une banque. Mais les discussions butent sur la question des données personnelles et financières qui seront partagées avec la firme américaine.

Nouveau venu dans le secteur du paiement en ligne, Apple a choisi de ne pas attaquer frontalement les banques avec son service Apple Pay, mais plutôt d'en faire des partenaires. Au lieu d'être un compte bancaire alternatif, avec iTunes, le système se contente pour l'heure de réunir toutes les cartes de paiement de l'usager dans un portefeuille virtuel, qu'il pourra utiliser lors d'un paiement en NFC.

Pour l'instant uniquement disponible aux États-Unis, Apple Pay traversera tôt ou tard l'Atlantique pour conquérir les clients européens. La firme de Cupertino a d'ailleurs commencé à recruter des cadres en mesure de faciliter le contact avec les banques européennes. Ainsi, elle a embauché l'ancienne responsable des activités mobiles européennes de VISA cet automne.

D'après les informations de The Telegraph, l'un des premiers pays européens dans lequel Apple Pay s'implantera pourrait être le Royaume-Uni. Des discussions ont actuellement lieu avec les institutions financières outre-Manche. Au moins d'un établissement bancaire est concerné et les négociations portent en particulier sur les données auxquelles aura accès Apple.

La banque en question hésiterait à sauter le pas au regard du volume de données personnelles et financières concernant ses clients qu'il faudra transmettre à Apple dans le cadre de ce partenariat. En fait, elle craint qu'Apple Pay soit une sorte de cheval de Troie qui permettra à l'entreprise de noyauter le système bancaire. Mais cette peur est certainement partagée par d'autres établissements.

Apple, qui partage une partie de la commission de transaction avec les banques, n'a bien sûr officiellement aucunement l'intention d'aller dans cette direction.

Cela étant, le bon démarrage d'Apple Pay outre-Atlantique, avec un million de cartes bancaires activées trois jours après la disponibilité du service et la montée en puissance du service (1 % des transactions numériques aux USA en novembre) peut nourrir la réflexion de l'entreprise… et pourquoi pas aiguiser son appétit.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés