Poursuivi par deux entreprises qui l'accusaient de violer leur propriété industrielle, Nintendo a remporté deux procès aux États-Unis. Les deux firmes affirmaient que la manette de la Wii s'appuyait sur leur savoir-faire. À tort.

Sortie il y a huit ans, la Wii a connu un formidable succès commercial. Depuis 2006, la console de Nintendo s'est vendue à plus de 100 millions d'unités, selon les statistiques communiquées par le constructeur japonais. Mais au fil de sa carrière, elle a aussi été confrontée à quelques soucis judiciaires. En effet, plusieurs sociétés ont accusé le groupe nippon d'avoir enfreint leur propriété industrielle.

En 2009, la firme Guardian Media Technologies reprochait à Nintendo d'avoir exploité sa technologie de contrôle parental pour la lecture des DVD vidéo sur la Wii. Cependant, il a été constaté au cours du procès que la console n'est techniquement pas en mesure de les lire. Aussi, impossible de condamner l'entreprise japonaise puisqu'elle ne pouvait pas enfreindre le brevet en question.

En 2014, Nintendo s'est retrouvé en conflit avec Philips. La société néerlandaise a déposé plainte au motif que l'industriel japonais a enfreint des brevets décrivant une technologie permettant aux joueurs de contrôler un personnage virtuel par des mouvements captés par ses manettes et autres accessoires. Déposée dans plusieurs pays, la plainte a débouché sur la victoire de Philips dans certaines juridictions.

Alors que l'année s'achève, Nintendo vient de se débarrasser de deux autres plaintes. Le site Polygon signale en effet que la justice américaine a donné raison au groupe nippon face à Creative Kingdom et UltimatePointer, deux entreprises américaines qui affirmaient que la Wii – plus exactement sa télécommande "Wiimote" – violait leur propriété industrielle.

Se félicitant du verdict des deux tribunaux, qui ont souligné l'invalidité des actions en justice lancées par Creative Kingdom et UltimatePointer, Nintendo en a profité pour afficher son soutien envers toute initiative visant à réformer le système des brevets aux États-Unis, qui aujourd'hui expose les entreprises high tech aux actions nuisibles des patent trolls.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés