Au rythme de publication actuel, il faudra encore de nombreuses années avant que toutes les données récupérées par Edward Snowden soient publiées. Si le nombre exact de documents qu'il a pu récupérer reste incertain, tout le monde s'accorde à dire pour dire qu'ils sont très nombreux. Or, seule une toute petite fraction a jusqu'à été présent été présentée au public.

Combien de temps faudra-t-il pour diffuser l'intégralité des documents confidentiels qu'Edward Snowden a pu récupérer lorsqu'il était en poste à la NSA ? Selon le site Cryptome, qui tient une comptabilité des informations qui ont déjà été relayées dans la presse, si le rythme de publication ne change pas, il faudra encore plusieurs dizaines d'années avant que tous les secrets de l'agence ne soient révélés.

En date du 8 décembre 2014, soit un an et six mois après les toutes premières révélations sur les agissements de la NSA, 2627 pages ont été exposées dans les médias (essentiellement le Guardian, le Washington Post, le New York Times, le Spiegel et The Incercept), selon le suivi de Cryptome. Or, il en resterait encore un nombre incalculable en attente de publication.

Les estimations sur le nombre exact de documents que Snowden a copié varient selon les sources. Interrogé par CBS News, l'un des cadres de la NSA, Richard Ledgett, n'a pas contesté le nombre avancé par la chaîne de télévision (1,7 million de documents).

D'autres chiffres sont toutefois avancés : ainsi, le Washington Post évoque au moins 250 000 pages. Le Guardian mentionne pour sa part 58 000 fichiers, mais le quotidien britannique n'a reçu qu'une fraction de l'ensemble des documents en possession de Snowden.

Pour sa part, le journaliste Glenn Greenwald a affirmé fin 2013 à Télérama être assis sur une montagne de données, parlant de "milliers de documents". Celui-ci citera toutefois en septembre un autre chiffre, bien plus important. Lors d'une interview télévisée, il a indiqué en avoir "des centaines de milliers".

Quoiqu'il en soit, tout le monde s'accorde à dire qu'il y en a encore énormément. Cela pose toutefois une difficulté : après l'émotion des premiers jours, le scandale de la surveillance de masse paraît avoir été digéré par une bonne part de l'opinion publique, qui semble s'y désintéresser. Celle-ci portera-t-elle encore attention aux futurs documents qui seront diffusés dans les années à venir ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés