Les relations entre Google et la MPAA, l'organisme qui gère les intérêts des grands studios de cinéma, sont au plus bas. La firme de Mountain View, qui a fait des efforts dans la lutte contre le piratage, n'a pas apprécié le manque de reconnaissance de son partenaire. Dans des mails qui ont fuité, l'on apprend même que le dialogue est rompu pour le moment.

C'est l'inconvénient d'être le principal moteur de recherche des internautes. Du fait de son rôle prédominant dans l'accès à l'information sur le web, Google est en première ligne dans la lutte contre le piratage. Ainsi, les représentants de l'industrie du divertissement sollicitent en permanence la firme de Mountain View pour qu'elle fasse toujours un peu plus pour empêcher le téléchargement illicite.

En la matière, Google se montre coopératif. Des milliers de liens sont retirés chaque jour, lorsque les requêtes satisfont les conditions de la loi sur la protection du droit d'auteur à l'ère numérique (Digital Millennium Copyright Act). De plus, l'entreprise a même modifié son algorithme de référencement pour déclasser les sites accusés de violer le droit d'auteur. Les chutes sont parfois spectaculaires.

Cela étant, Google ne suit pas systématiquement les injonctions des ayants droit. Par exemple, il n'est pas favorable au retrait des pages d'accueil des sites impliqués dans le piratage des œuvres. En outre, si une requête sous le régime de la DMCA n'est pas correctement remplie, elle ne sera pas suivie, quand bien même elle serait fondée.

Malgré ces limites, Google estime en faire beaucoup contre le téléchargement illégal et il aimerait bien qu'on le félicite pour ses efforts, en particulier la MPAA, qui est toujours en train de réclamer plus. Aussi l'entreprise américaine a-t-elle adressé un courrier électronique à la MPAA (dont l'existence a été révélé à la faveur du piratage de Sony Pictures) pour vanter son action.

Un manque de reconnaissance qui se paie

Sauf qu'au lieu de féliciter publiquement Google pour les mesures renforcées contre le piratage, la MPAA a diffusé un communiqué qui pointe la responsabilité de la société dans la propagation de ce phénomène, rapporte Torrentfreak. Ce qui n'a évidemment pas du tout plu au groupe américain, qui s'attendait à autre chose que voir la MPAA le mettre dans le même sac que les pirates.

"Tout le monde partage la responsabilité de freiner les conduites illicites en ligne, et nous sommes ravis de voir que Google reconnaît son rôle dans l'accès facilité au contenu volé à travers les recherches", indiquait le communiqué de la MPAA. Résultat, les liens diplomatiques entre la MPAA, qui représente l'industrie du cinéma , c'est-à-dire Hollywood, et Google ont été provisoirement rompus.

"Au plus haut niveau de l'entreprise, Google est extrêmement mécontent de notre communiqué", indique un mail de la MPAA qui a été pris dans le piratage de Sony Pictures. À l'heure, la société prévoit de communiquer directement avec les studios plutôt que de passer par la MPAA. Et à la différence de l'organisation, au moins trois d'entre eux ont fait part de leur satisfaction concernant les dernières mesures.

Si pour l'heure, Google ne veut plus parler ou faire affaire avec la MPAA, le temps et les intérêts finiront certainement par rétablir le contact. Les enjeux financiers de chaque partie sont en effet bien trop importants pour être durablement ignorés pour des problèmes causés par un manque de reconnaissance.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés