La grande frayeur des revendeurs et loueurs de films est de voir la vidéo à la demande (VOD) manger la grosse part de gateau cinématographique. Ce sont eux qui ont fait pression pour obtenir l’accord ridicule qui empêche la vidéo légale sur Internet d’être au même niveau que la vidéo pirate (l’accord devrait être révisé en décembre). Alors qu’ils se rassurent. Selon Forrester Research, les foyers américains où la VOD est utilisée sur le câble n’ont réduit que de 0,1 point leurs achats annuels de DVD. Le tableau est moins plaisant pour la location néanmoins, puisque les usagers de la VOD ont réduit de 11 % leurs locations en videoclubs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés