Une semaine après l'assignation en justice de Free par Bouygues Telecom, qui l'accuse de brider la 3G de ses clients, la riposte arrive. L'entreprise de Xavier Niel met en demeure sa rivale de cesser "toute communication" sur la qualité de son réseau.

L'accalmie qui s'était instaurée entre Free et Bouygues Telecom ces derniers mois a vécu. Depuis la semaine dernière, les hostilités ont repris entre les deux opérateurs, avec en toile de fond le premier rapport établi par le gendarme des télécoms sur la qualité de service dans l'Internet fixe. Et si c'est Bouygues qui a rompu la trêve tacite avec Free, ce dernier n'a pas tardé à riposter.

Selon les informations du Figaro, Free a mis en demeure son rival de "cesser sans délai toute communication" sur la qualité de son réseau, qui fait régulièrement l'objet de vives critiques.

L'entreprise de Xavier Niel est en effet dans le collimateur de Bouygues Telecom. Ce dernier l'accuse de brider volontairement la connexion mobile de ses clients pour ne pas alourdir la facture qu'il doit payer chaque année à Orange dans le cadre de l'accord d'itinérance qu'il a passé avec lui. Or, Bouygues estime que si Free ne bridait pas l'Internet mobile, celui-ci serait incapable de proposer des forfaits à moins de 20 euros.

De son point de vue, non seulement Free triche sur son offre mais en plus il bouleverse le secteur des télécoms sans être en mesure de fournir le service attendu. Une assignation en justice a été déposée pour "pratique commerciale trompeuse" et une audience doit avoir lieu le 18 décembre au  tribunal de commerce de Paris.

Pour ne rien arranger, le rapport de l'ARCEP sur la qualité de service des FAI français dans le fixe n'a pas épargné Free même si la méthodologie utilisée dans ce tout premier observatoire est critiquable par certains aspects. En effet, l'étude a souligné la qualité du réseau de Bouygues et égratigné celle de Free. Évidemment, Bouygues ne s'est pas privé de communiquer là-dessus.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés