Electronic Arts a renoncé à vendre Dragon Age : Inquisition en Inde, invoquant les spécificités de la législation locale. Mais si l'éditeur n'a pas souhaité préciser les raisons qui l'ont conduit à annuler la commercialisation du jeu, il semble que les options de romance homosexuelle et bisexuelle proposées dans le jeu ont pesé dans la décision de l'éditeur américain.

Electronic Arts n'autorisera pas la commercialisation de Dragon Age : Inquisition en Inde, au motif que le contenu du jeu développé par BioWare pourrait enfreindre la législation en vigueur sur les mœurs. Les joueurs indiens qui ont pré-commandé le titre bénéficieront en conséquence d'un remboursement intégral, tandis que l'éditeur américain a suspendu les réservations venant de cette région du monde.

"Afin d'éviter une violation des lois locales sur les contenus, EA a retiré Dragon Age : Inquisition de la vente en Inde et le jeu n'est plus disponible en pré-commande. Les clients qui ont réservé le titre seront contactés directement et seront intégralement remboursés", confirme Electronic Arts dans un courrier adressé à Kotaku, sans toutefois préciser les raisons exactes de ce retrait.

Troisième volet de la série Dragon Age, Inquisition sort ce mois-ci. Si l'on se réfère au système d'évaluation européen des jeux vidéo PEGI (Pan European Game Information), ce jeu est déconseillé au moins de 18 ans. Il est qualifié de violent et peut contenir des grossièretés de langage. En outre, un mode en ligne est disponible pour jouer avec d'autres joueurs.

Cette description, que l'on retrouve dans d'autres systèmes d'évaluation, comme l'ESRB américain, avec quelques variations (nudité, sexe, etc), est-elle à l'origine de la décision d'EA de ne pas proposer Dragon Age : Inquisition au public indien ? C'est très discutable, car l'Inde, malgré sa législation, a autorisé des titres réputés sulfureux, comme Grand Theft Auto V.

Est-ce parce que Dragon Age : Inquisition dépeint des personnages pouvant être homosexuels ou bisexuels et pas uniquement hétérosexuels ? En effet, le jeu permet de démarrer une partie avec des héros ayant une option romantique homosexuelle (Sera, Dorian) ou bisexuelle (Iron Bull, Joséphine Montilyet en PNJ).

Or, les orientations sexuelles en dehors de l'hétérosexualité ne sont pas toujours très bien acceptées. On se souvient par exemple que plusieurs associations ultra-conservatrices américaines ont poussé leurs membres et sympathisants à contacter BioWare et Electronic Arts pour leur demander de bannir toute homosexualité virtuelle dans le jeu Star Wars : The Old Republic.

Dans le cas de l'Inde, il semble que le souci se trouve ailleurs. En tout cas, Electronic Arts assure que les options déterminant l'orientation sexuelle des personnages ne sont pas en cause. La décision de l'éditeur "n'est pas spécifique à la romance entre personnes de même sexe". Cela étant, la législation du pays continue de considérer l'homosexualité comme un crime.

Quelles que soient les raisons qui ont poussé Electronic Arts à retirer Dragon Age : Inquisition de la vente en Inde, la mesure elle-même est radicale.

L'éditeur pourrait toutefois trouver une solution intermédiaire en publiant une version censurée du jeu, en retirant les options qu'il considère comme potentiellement illicites (s'il s'agit de l'homosexualité et de la bisexualité), même si cette décision sera indéniablement une défaite du point de vue de la défense des droits LGBT en Inde.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés