Firefox a dix ans. Le 9 novembre 2004 sortait la toute première version d'importance du navigateur de la fondation Mozilla. Dix ans plus tard, le logiciel libre a bien changé. Il est désormais bardé de fonctionnalités et fait partie des principaux navigateurs utilisés dans le monde. Mais il y a encore de nombreux défis à relever.

La période est aux anniversaires. Après la célébration des vingt ans de Netscape le mois dernier, c'est au tour de Firefox de souffler ses bougies. En effet, le navigateur web de la fondation Mozilla fête ses dix ans ce dimanche. Né dans un contexte difficile du fait du règne sans partage d'Internet Explorer dans la navigation, Firefox a su s'imposer au fil des années. Mais de nombreux défis sont encore à relever.

Est-il encore nécessaire de rappeler l'histoire de Firefox ?

L'abandon d'Internet Explorer

Après avoir atteint une part de marché monopolistique dans les années 2000, Microsoft s'est détourné de son navigateur. Entre 2001 et 2006, l'entreprise américaine n'a pas fait évoluer significativement son logiciel alors que le web était en pleine effervescence du fait de la démocratisation de l'accès à Internet et de la propagation du haut débit.

Cette négligence a eu un prix. Du fait de l'inaction de Microsoft, des solutions alternatives comme Firefox ont émergé afin de permettre aux internautes de dépasser les limites d'Internet Explorer. Le projet de la fondation Mozilla apparaît en 2002 et, après plusieurs tâtonnements, une première version (1.0) du logiciel, né des cendres de Netscape, est publiée le 9 novembre 2004.

Les débuts de Firefox sont évidemment hésitants. Mais au fil des ans, le navigateur dépasse le cercle des utilisateurs éclairés pour atteindre le grand public. Évidemment, tout les internautes ne basculent pas sur Firefox. Mais la montée en puissance du logiciel est telle qu'elle pousse Microsoft à reprendre le développement d'Internet Explorer en 2006 avec la sortie d'IE7.

Pari réussi

Aujourd'hui, Firefox se trouve dans le top 5 des principaux navigateurs web utilisés dans le monde, aux côtés notamment d'Internet Explorer et de Google Chrome. Dans certains pays, il arrive même en tête du classement. C'est le cas de l'Allemagne, de l'Indonésie, de l'Iran et de la Pologne. En France, le logiciel est également très utilisé et, selon AT Internet, a doublé Internet Explorer.

Firefox a réussi son pari. Le navigateur est non seulement devenu un acteur de poids, mais il a également poussé Microsoft à relancer le développement d'Internet Explorer, ce qui est au final bénéfique pour tout le monde. Mais la fondation Mozilla qui est derrière ce projet doit aujourd'hui relever de nouveaux défis, dont certains sont apparus avec Google.

Des défis à relever

En effet, Firefox doit résister à la montée en puissance de Chrome, le navigateur de Google. Cette lutte est évidemment très dure à mener, car Chrome bénéficie de toute la puissance de feu de l'une des entreprises privées les plus puissantes au monde. Et Google n'hésite pas à se service de sa galaxie de services et de produits pour mettre en avant Chrome.

La dépendance financière de Mozilla vis-à-vis de Google est un autre problème. La firme de Mountain View est à la fois un rude concurrent de Mozilla et en même temps son principal pourvoyeur de fonds. La fondation explore des voies alternatives (comme des publicités dans Firefox pour échapper à Google), mais certaines font évidemment polémique car elles paraissent trahir ses idéaux.

Outre le cas Google, la fondation Mozilla est confrontée à certaines problématiques comme le déploiement des DRM dans le HTML5 ou, pour le dire autrement, de l'arrivée de menottes numériques dans les standards du web. Le développement du mobile, la surveillance des télécommunications, l'ouverture et la liberté sur le net constituent d'autres sujets dans lesquels Mozilla est en première ligne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés