Dans le cadre de l'action de l'État visant à simplifier l'accès à l'administration et modernisation l'action publique, un service Mes-Aides permet de calculer les aides dont les individus peuvent bénéficier. Particularité, le service met à disposition son code source pour faciliter les contributions extérieures.

Vous êtes dans une situation particulière et vous souhaitez savoir si vous êtes éligible à une aide quelconque ? Alors le site Mes-Aides pourrait s'avérer fort utile. En effet, ce service expérimental soutenu par le gouvernement propose de calculer le montant mensuel approximatif auquel vous pourriez avoir droit, grâce à un simulateur en ligne qui passe en revue plusieurs critères avant de rendre son verdict.

Revenu de solidarité active (RSA), aides personnelles au logement, allocation de solidarité aux personnes âgées, allocation de solidarité spécifique, couverture maladie universelle complémentaire… plusieurs prestations sociales sont prises en compte. De son coté, l'usager doit évidemment renseigner un certain d'éléments personnels au cours de la simulation pour déterminer son éligibilité.

Avec Mes-Aides, il s'agit de simplifier les démarches en déterminant en quelques clics quelles sont les aides auxquelles l'internaute a droit. S'il est éligible, le site le guidera ensuite vers les formalités à remplir. Encore en version beta, le site va s'enrichir en ajoutant au fur et à mesure de nouveaux indicateurs (congés parentaux, bourses, aides aux régimes spécifiques (RSI, MSA ..) les tarifs sociaux de l'énergie…).

Ouverture du code pour permettre des contributions

Mais la grande originalité (à notre connaissance) de Mes-Aides, c'est le choix de l'open source pour un outil créé dans le cadre de l'action de l'État. En effet, comme l'a signalé l'un de nos lecteurs, le service peut recevoir des contributions extérieures dans la mesure où du code source est en effet disponible sur GitHub (pour l'interface utilisateur et l'API), sous licence AGPL.

Cet esprit open source se retrouve dans l'utilisation de certains outils, puisqu'il est précisé dans la section "à propos" que le site exploite le logiciel libre de simulation du système socio-fiscal français OpenFisca. Enfin, signe supplémentaire de cette ouverture, il est possible de  consulter les statistiques de fréquentation du site avec Piwik, qui est une alternative libre à Google Analytics.

Les concepteurs de Mes-Aides reconnaissent d'ailleurs bien volontiers leur "démarche de construction inédite", puisque ce site est en quelque sorte une startup d'État. Hébergé par le le secrétariat général à la modernisation de l'action publique, le projet mobilise une petite équipe autonome soutenue par une "communauté d'agents publics et de citoyens".

Selon le site officiel, Mes-aides est donc "un service public numérique" produit par une petite équipe autonome. Cependant, il n'est pas clair si celle-ci est constituée par des personnalités extérieures aux fonctionnaires, ou directement par des agents de l'État, lesquels ne sont pas soumis au même régime de droits d'auteur.

Ouverture et libération des données

Incontestablement, le site Mes-Aides participe d'un mouvement général apparu ces dernières années en matière d'administration en ligne, dont la qualité a récemment été reconnue dans un rapport établi par le département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (la France est ainsi classée en quatrième position pour les services publics en ligne).

Mais le choix de l'open source illustre aussi une tendance, certes moins marquée, d'ouverture et de libération des données et des usages. On pense par exemple à l'Open Data, mentionné dans la charte de déontologie du gouvernement Ayrault, à la création d'un service interministériel pour l'ouverture des données publiques, ou encore à la nomination d'un administrateur général des données.

L'on pourrait également mentionner l'utilisation des licences libres, par exemple sur le site du gouvernement (utilisation d'une licence Creative Commons, quoique limitée aux infographies et vidéos) ou sur le portail du Service Public qui autorise la reproduction des contenus à condition de mentionner la date et la source et plus globalement de respecter la licence ouverte.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés