Google a annoncé mi-octobre une mise à jour de son moteur de recherche visant à déclasser les sites violant le droit d'auteur. Depuis, certains sites qui apparaissaient en tête des résultats lors de certaines requêtes sont désormais enterrés dans les pages de Google. Mais il est encore trop tôt pour que les ayants droit se réjouissent.

Sur Google, le déclassement des sites violant le droit d'auteur a commencé. Depuis la mi-octobre, plusieurs adresses ont constaté un véritable effondrement de leur place au sein du moteur de recherche. C'est ce qui ressort de l'étude menée par la société Searchmetrics, qui s'est intéressée à trente sites réputés pour faciliter le piratage d'œuvres protégées par le droit d'auteur.

30 sites analysés, 30 sites déclassés

Dans la liste, on trouve de tout : des sites de liens BitTorrent, mais aussi des hébergeurs spécialisés, des services de streaming en ligne, des plateformes de téléchargement de MP3 et même un espace pour avoir des sonneries gratuites pour son téléphone portable. Certains sont connus des internautes, comme Kickass, 4Shared, The Pirate Bay, Torrentz, ZippyShare, IsoHunt ou Extratorrent.

La perte de visibilité varie d'un site (environ -30 % IsoHunt.to, par exemple) à l'autre (pratiquement -98 % pour MP3.li) et concerne surtout les requêtes de type : "télécharger films gratuits", "regarder [nom du film] gratuit en ligne", "films gratuits en ligne", et ainsi de suite. En revanche, il n'y a aucun déclassement lorsque le nom du site est tapé dans le champ de recherche.

Des sites pirates en remplacent d'autres

Les premiers effets de la dégradation du référencement des sites accusés de violer le droit d'auteur avaient été signalés la semaine dernière par Torrentfreak, en prenant les exemples de "Breaking Bad torrent", "The Social Network download" et "Eminem lose yourself mp3". Chose assez intéressante, certains sites pirates déclassés ont en fait été remplacés par d'autres sites du même genre.

Dans le cas de "The Social Network download", les quatre premiers liens sont des sites désapprouvés par l'industrie culturelle (Zone Téléchargement, Liberty Land, YIFY Torrent et Moviepark). Même constat avec les deux autres expressions, avec parfois des résultats ubuesques. Pour "Breaking Bad torrent", la première page ne propose aucune offre légale.

"Trouver des contenus légitimes et de qualité"

L'effondrement des sites pirates dans le moteur de recherche est la conséquence d'une mesure annoncée mi-octobre par Google. "Les sites avec un nombre élevé de notifications de retrait pourraient apparaître plus bas dans les résultats de recherche. Ce changement de classement aide les utilisateurs à trouver des contenus légitimes et de qualité", expliquait une porte-parole du groupe.

Cette piste était déjà évoquée en 2010 par la firme de Mountain View pour combattre le piratage, parmi un éventail de mesures allant d'une réactivité renforcée lors de la réception des demandes de retrait au filtrage de la saisie semi-automatique pour empêcher la suggestion de requêtes allant à l'encontre des intérêts des ayants droit, en passant par un contrôle affermi du marché publicitaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés