Le domaine Ebola.com a été vendu 200 000 dollars à une société russe en pleine contagion internationale. L'entreprise qui l'a enregistré en 2008 s'est fait une spécialité de récupérer pour quelques dollars des adresses ayant trait à des épidémies ou des crises pour ensuite les revendre à prix fort lorsqu'une catastrophe sanitaire survient.

Le commerce de la peur peut rapporter très gros, surtout lorsqu'une infection virale dégénère en une épidémie de portée mondiale. Avec le virus Ebola, certains ont même touché le jackpot. C'est le cas des anciens propriétaires du nom de domaine Ebola.com, qui ont touché 200 000 dollars en le vendant à une société russe, profitant à plein de l'actualité, rapporte le Time.

Le nom de domaine Ebola.com a été acheté en 2008, clairement dans l'espoir que cette maladie, découverte dans les années 70, connaisse une forte diffusion au sein de la population. La flambée actuelle a dépassé toutes les espérances de la société américaine à l'origine du dépôt de l'URL, Blue String Value, puisque Ebola connaît actuellement sa plus forte propagation chez l'Homme.

L'entreprise Blue String Value s'est fait remarquer en achetant des adresses pour une poignée de dollars, en pariant sur le déclenchement d'une épidémie ou d'une catastrophe radiologique. Elle possède par exemple  BirdFlu.com pour couvrir la grippe aviaire, H1N1.com, Fukushima.com ou encore PotassiumIodide.com.

Ce dernier domaine livre quelques informations sur l'iodure de potassium, un composé chimique utilisé en médecine pour saturer la thyroïde d'iode non-radioactif. Celui-ci sera vraisemblablement très demandé le jour où se produira un accident nucléaire ou en cas d'une attaque terroriste avec une bombe radiologique.

Aux dernières nouvelles, l'Organisation mondiale de la santé a recensé (.pdf) près de 10 000 cas et un peu moins de 4900 morts en date du 22 octobre. Mais il est clair que ses statistiques sont très incomplètes. Un recensement complet des contaminés est impossible à mener sur place, faute d'infrastructures, de moyens et de personnel.

Aujourd'hui, il n'existe aucun vaccin permettant de guérir à coup sûr de cette maladie. Il y a cependant plusieurs remèdes expérimentaux, qui ont produit quelques résultats encourageants.

Partager sur les réseaux sociaux