Google annonce l'acquisition de deux nouvelles sociétés spécialisées dans l'intelligence artificielle, ainsi qu'un partenariat avec l'université d'Oxford. Signe de l'intérêt croissant qu'a Google pour ce secteur, une autre entreprise avait déjà été rachetée en début d'année.

Google poursuit ses acquisitions dans le domaine de l'intelligence artificielle. Après avoir acheté la société DeepMind en début d'année, l'entreprise américaine a jeté son dévolu sur deux autres entreprises spécialisées dans ce secteur : Dark Blue Labs et Vision Factory. Dans le même temps, la firme de Mountain View a conclu un partenariat avec deux équipes de recherche de l'université d'Oxford.

La firme Dark Blue Labs est spécialisée dans l'apprentissage en profondeur ("deep learning") en vue de comprendre le langage naturel. Pour sa part, Vision Factory travaille sur l'apprentissage en profondeur et les systèmes de reconnaissance visuelle et de texte. Google les décrit comme "le fer de lance" de ses efforts destinés à améliorer la compréhension du langage humain par les ordinateurs.

Selon Google, les universitaires d'Oxford et le personnel de ces deux sociétés sont parmi les meilleurs experts mondiaux dans leur domaine. Parmi eux se trouve par exemple Andrew Zisserman, un scientifique qui a reçu à trois reprises le prix Marr récompensant les travaux ayant trait à la vision par ordinateur.

Dans le cadre de sa collaboration avec Oxford, Google indique qu'il fera un "don substantiel" pour lui permettre à la faculté de mettre en place un partenariat de recherche avec le département des sciences informatiques et de l'ingénierie. Ce programme inclura des stages pour les étudiants (ce qui est un bon moyen de repérer les meilleurs éléments et les recruter plus tard) et des ateliers communs.

Google s'intéresse depuis des années aux thématiques liées au mouvement transhumaniste. Ses projets récents témoignent du grand intérêt qu'a Google pour les technologies NBIC (nanotechnologies, bio-ingénierie, informatique et cognition) : réalité augmentée, santé, séquençage ADN (23AndMe) robotique… et bien sur intelligence artificielle.

La firme américaine a d'ailleurs recruté en 2012 l'expert américain Ray Kurzweil, qui ambitionne de reproduire et de dépasser le cerveau humain par l'informatique. Ray Kurzweil a par ailleurs travaillé sur la notion de singularité technologique, qui désigne l'instant où le progrès serait le fait de l'intelligence artificielle, elle-même en progression, et non plus de l'humanité.

( photo )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés