La plateforme Twitpic devrait finalement fermer ses portes le 25 octobre, sauf coup de théâtre. Le service explique n'avoir pas réussi à trouver un terrain d'entente avec l'acquéreur potentiel qui s'était manifesté le mois dernier.

Mise à jour – C'est aujourd'hui que Twitpic met fin à son service. Les usagers qui ont encore des données et des contenus à récupérer doivent agir sans tarder en se connectant ici.

Le ciel s'assombrit pour Twitpic. La plateforme d'hébergement de photos pourrait finalement disparaître des écrans radar, alors qu'une solution de secours paraissait avoir été trouvée en septembre. Dans un message publié jeudi sur son blog, le service a expliqué que les discussions avec un acquéreur potentiel ont achoppé faute d'accord sur les conditions de rachat et de fonctionnement.

"Nous avons travaillé avec une poignée d'acquéreurs potentiels et épuisé toutes les options possibles. Nous étions à peu près certain que nous avions trouvé un nouveau foyer pour Twitpic, mais des conditions acceptables n'ont pu être satisfaites", explique le site. Quelles étaient ces conditions ? Twitpic n'en parle pas. Et l'acquéreur potentiel ? Son identité demeure un mystère.

Dans son message, Twitpic reconnaît implicitement avoir parlé un peu vite, ce qui place l'équipe dans une situation quelque peu embarrassante. "Normalement, nous n'aurions pas dû annoncer quelque chose comme ça prématurément, mais nous souhaitions faire savoir dès que possible à nos usagers que Twitpic allait survivre". Car aujourd'hui, Twitpic est menacé de fermeture.

Sauf nouveau coup de théâtre, la plateforme fermera ses portes le 25 octobre. Les usagers sont donc de nouveau invités à récupérer leurs données personnelles et leurs contenus avant qu'il ne soit trop tard.

La fermeture de Twitpic a été causée par un différend juridique avec Twitter. Le premier souhaitait déposer sa marque, mais le second considère que cela empiète sur sa propriété intellectuelle. Aussi le réseau social a-t-il, d'après Twitpic, menacé de couper les accès à l'interface de programmation applicative (API) pour le faire plier. Twitpic a fini par céder, n'ayant pas la force de se lancer dans un combat judiciaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés