Orange mènerait des négociations avec TF1 et Canal+ pour mettre en place une plateforme de SVOD en mesure de contrer l'expansion de Netflix en France. Mais une telle alliance, pour voir le jour, devra surmonter un certain nombre d'obstacles.

Si Orange a finalement accepté d'accueillir Netflix dans sa Livebox (en échange de quoi le service de vidéo à la demande sur abonnement paiera pour son utilisation du réseau), l'opérateur n'a pas pour autant l'intention de laisser la plateforme américaine agir à sa guise dans l'Hexagone. Aussi le groupe français planche-t-il sur un projet de "Netflix à la française" pour concurrencer le site de SVOD.

Les contours de ce "Netflix à la française" sont encore flous.

Delphine Ernotte-Cunci, directrice exécutive d'Orange France, n'a pas souhaité livrer beaucoup de détails lors de son entretien avec le journal Les Echos ce mercredi. "C'est en construction", a-t-elle indiqué, affirmant que plusieurs partenaires sont possibles, mais qu'il n'y a encore "rien de concret" sur ce dossier. Elle s'est refusée à donner le moindre calendrier, notant juste que les choses "peuvent aller assez vite".

Si Orange reste flou sur son projet, des sources officieuses permettent d'avoir un aperçu des orientations de l'opérateur. Selon Le Figaro, des négociations ont été engagées avec TF1 et Canal+ afin que les trois sociétés regroupent leurs forces (et surtout leurs contenus). "Ce que veut Orange, c'est établir l'offre de contenus la plus attractive du marché", selon une source consultée par le quotidien.

Il y a en tout cas un coup à jouer.

Le catalogue de Netflix est encore restreint (cela dit, le service n'est disponible que depuis un mois en France) et la notoriété de la plateforme reste à construire. En Face, Orange, TF1 et Canal+ sont des marques connues qui disposent déjà d'une base d'abonnés en VOD / SVOD. Sans parler des accords exclusifs d'Orange avec HBO pour quelques séries très appréciées du grand public

Reste que cette alliance objective, si elle veut se mettre en place, doit surmonter certains obstacles. TF1, appartient au groupe Bouygues, qui est un rival d'Orange dans les télécommunications. Et Canal+, qui dispose déjà d'un service de VOD / SVOD avec Canalplay, n'aurait pas apprécié l'ouverture de la Livebox d'Orange à Netflix, selon le Figaro.

D'autres acteurs de la filière cinématographique et audiovisuelle pourraient également être impliqués. Cet été, il a été rapporté que le  Centre national du cinéma et de l'image animée a ouvert des discussions avec Canal+, AlloCiné, Orange FilmTV et Sens Critique pour évoquer la stratégie des groupes français face à l'arrivée de Netflix.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés