Facebook aurait le projet de lancer une application mobile de discussion instantanée "anonyme", permettant de discuter de sujets plus personnels sans avoir besoin d'exposer sa véritable identité. Un tel logiciel, s'il voit le jour, marquerait une inflexion certaine dans la politique du réseau social, historiquement opposé à l'anonymat et au pseudonymat.

Facebook serait sur le point de lancer un nouveau service de discussion instantanée qui permettrait aux utilisateurs de jouir d'un relatif anonymat. D'après le New York Times, qui s'appuie sur deux sources ayant connaissance des projets du réseau social, cette messagerie prendrait la forme d'une application mobile. Celle-ci pourrait être disponible dans les prochaines semaines, selon le journal.

À en croire la présentation succincte qui en est faite, ce logiciel permettrait à un usager d'utiliser des pseudonymes pour discuter plus ouvertement de sujets qui ne sont pas simples à aborder avec sa véritable identité (politique, religion, santé, sexe, chômage, etc). Les discussions pourraient se faire entre deux personnes ou dans des salons publics, comme n'importe quel "tchat" en ligne.

Mais plusieurs questions demeurent en suspens.

Cette application sera-t-elle reliée au compte Facebook de l'utilisateur ? Dans ce cas, la portée de l'anonymat promis par l'application serait très réduite. L'identité de l'usager resterait un mystère pour les autres usagers, mais pas pour le site communautaire, qui pourrait en savoir davantage en consultant les conversations "anonymes".

Pourra-t-on retrouver des amis et des proches via cette application ? Sera-t-il possible de partager certains contenus, comme des photos ? Là encore, la portée de l'anonymat de ce futur service de discussion instantanée dépendra des réponses qui seront apportées à ces questions.

Si Facebook s'engage effectivement dans une application mobile "anonyme", ce serait une inflexion notable à sa politique qui consistait jusqu'à présent à combattre l'anonymat en ligne, notamment en combattant l'utilisation des pseudonymes. L'objectif de cette stratégie ? Civiliser les commentaires, en obligeant les usagers à assumer leurs propos (donc à se maîtriser dans leur expression).

Quoiqu'il en soit, cette application va s'ajouter à une liste de plus en plus longue de logiciels de discussion instantanée en possession de Facebook. En dehors de Messenger, qui est l'outil historique de l'entreprise américaine, le site communautaire a mis la main sur WhatsApp et a lancé cette année Slingshot en réaction à Snapchat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés