Le nouveau président turc, Recep Tayyip Erdogan, a expliqué être de plus en plus opposé à Internet lors d'un meeting sur la liberté de la presse. Ces derniers mois, le chef de l'État s'est attaqué à certains réseaux sociaux et sites communautaires (YouTube, Facebook, Twitter...) et a soutenu leur blocage.

Recep Tayyip Erdogan reste droit dans ses bottes. L'ancien premier ministre turc, désormais président de la République depuis le 28 août, a profité d'une réunion sur la liberté de la presse avec le comité pour la protection des journalistes (CPJ) et l'institut de la presse internationale (IPI) pour réaffirmer son hostilité vis-à-vis d'Internet et justifier un contrôle strict de la liberté d'expression sur la toile.

Selon The Independent, le nouveau chef de l'État a assuré être "de plus en plus opposé à Internet" et estimé que "les médias n'auraient jamais dû avoir la liberté d'insulter". Tout au long des 90 minutes de la rencontre, Recep Tayyip Erdogan a défendu "de façon agressive" la politique turque en matière de liberté de la presse et critiqué le traitement partial fait par les médias internationaux sur certains évènements récents.

La Turquie, comme d'autres pays, est confrontée au départ de certains de ses ressortissants vers l'Irak et la Syrie pour rejoindre l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), dont l'influence atteint désormais ses frontières. Selon le quotidien britannique, le président turc a fait part de sa préoccupation sur l'activisme de l'EIIL sur Internet en vue de recruter de nouveaux combattants.

La menace que représente l'EIIL est un prétexte bien commode pour justifier un contrôle resserré des médias et du net. Mais la censure était déjà à l'œuvre bien avant l'ascension de ce mouvement. Recep Tayyip Erdogan a par exemple voulu bloquer Facebook et YouTube et fait adopter une loi redoutable pour la liberté d'expression sur Internet, fortement critiquée par l'Union européenne.

Depuis 2007, YouTube fait régulièrement l'objet d'un blocage total ou partiel des autorités. Depuis cet été, la plateforme est toutefois de nouveau accessible, comme Twitter qui a dû batailler en justice pour ne plus être censuré. Google de son côté a été la cible d'un piratage visant son service DNS en Turquie.

Certaines de ses mesures font suite à l'apparition de documents dénonçant la corruption de membres importants de l'AKP [parti auquel appartient Erdogan, ndlr], quelques semaines avant les élections municipales. Sur les réseaux sociaux, cette affaire avait été abondamment commentée par les usagers turcs. On était alors bien loin de la menace de l'EIIL.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés