Hollywood pourra utiliser des drones lors de tournages se déroulant aux USA. L'administration de l'aviation civile a en effet autorisé six sociétés à mettre en œuvre des aérodynes sur les plateaux de cinéma, mais des conditions très strictes devront être respectées.

Les cinéastes pourront désormais faire appel à des drones lors de tournages aux États-Unis. L'administration de l'aviation civile (FAA) a en effet accordé des autorisations à six sociétés pour qu'elles puissent mettre en œuvre des aérodynes sur les plateaux de cinéma. Mais des règles très précises devront être respectées afin d'assurer la sécurité des personnes situées à proximité.

D'abord, les opérateurs devront disposer d'une licence de pilote privé. Ensuite, il faudra toujours avoir l'appareil dans le champ de vision, afin de vérifier son comportement et sa trajectoire à tout moment. Enfin, les vols ne pourront avoir lieu que dans des zones sans personnel au sol. Il s'agit ici d'éviter que l'appareil tombe sur l'un des acteurs ou sur un membre de l'équipe technique.

L'autorisation accordée par la FAA ne dispense pas les six sociétés de respecter certaines règles. Ainsi, tout drone doit être inspecté avant chaque vol, en s'assurant notamment que les caméras sont solidement attachées à l'appareil. En outre, il est pour l'instant interdit de s'en servir la nuit. Enfin, la FAA indique que les drones devront être de petite taille, pour limiter les risques en cas d'incident.

Le feu vert de la FAA est la conséquence du lobbying mis en place par la MPAA, qui s'occupe de défendre les intérêts des studios de cinéma aux USA. Il faut dire que les pratiques sont d'ores et déjà en train de changer à Hollywood. Des cinéastes ont fait appel aux drones pour certaines scènes tournées à l'étranger. Citons "The Expendables 3", "Transformers : l'Âge de l'Extinction" ou "Skyfall".

Les six sociétés concernées sont Astraeus Aerial, Aerial MOB, LLC, HeliVideo Productions, LLC, Pictorvision Inc, RC Pro Productions Consulting, LLC dba Vortex Aerial, and Snaproll Media, LLC. Une septième société, Flying-Cam, Inc, également en lice, a vu sa demande d'autorisation temporairement suspendue le temps qu'elle fournisse des documents supplémentaires à la FAA.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés