Un avocat américain chargé de la défense d'une des nombreuses P2Pistes poursuivies par la RIAA affirme que le lobby du disque encourageait à l'utilisation de Kazaa !

Lorsqu’une maison de disques souhaite que les stations de radio diffusent leur titre sur les antennes, la méthode la plus classique et la plus légitime consiste à offrir le CD aux différents DJ et à les convaincre ensuite de passer la chanson. Toutes les maisons de disques usent de telles pratiques et il n’y a personne pour trouver cela anormal. Mais dans les relations souvent proches et sans protocole entre un animateur de radio et une maison de disques, le politiquement correct baisse parfois les armes, même en temps de guerre.

« J’ai été informé par plus d’une source que les majors du disque ont encouragé l’utilisation des mêmes réseaux P2P que ceux qu’ils vilipendent« , raconte ainsi l’avocat Ray Beckerman à nos confrères de P2pnet.net. Beckerman est installé à New York et compte parmi ses clients plusieurs victimes de la politique répressive engagée par la RIAA à l’encontre de P2Pistes. « Des DJ de radios ont indiqué que des gens des maisons de disques qui avaient l’habitude de passer avec des CD leur disaient plutôt maintenant de prendre Kazaa, ou Gnutella ou quelque chose, et de télécharger les fichiers de chansons de cette façon« , affirme l’homme de loi.

« Nous avons de nombreuses stratégies de défenses qui seront soutenues par le fait que la RIAA a encouragé exactement le même comportement que celui pour lequel Marie Lindor est poursuivie« , s’énerve Ray Beckerman. Marie Lindor est une assistante médicale à domicile de New York, poursuivie par la RIAA alors qu’elle affirme ne même pas savoir comment allumer un ordinateur.

Ayant découvert les pratiques de la RIAA, Beckerman veut maintenant savoir si elle ne s’appliquait qu’aux DJ ou si le lobby exploitait aussi Kazaa comme un outil de promotion en d’autres occasions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés