Le projet Fairphone, qui vise à concevoir un mobile écologique et équitable, va bientôt franchir le cap des 50 000 mobiles livrés en Europe. Après une première phase réussie dans laquelle 25 000 téléphones ont été vendus, la seconde a déjà permis d'en vendre plus de 21 000.

Le Fairphone poursuit son petit bonhomme de chemin dans le domaine très disputé des smartphones. S'il n'a pas la prétention d'égaler les ventes qu'enregistrent des sociétés comme Apple et Samsung, le projet est parvenu à rencontrer son public en Europe. À l'heure où nous écrivons ces lignes, le nombre total de commandes s'approche du palier des 50 000.

Suite à une première phase commerciale qui permis de vendre 25 000 exemplaires du Fairphone, les responsables de l'initiative en ont lancé une seconde qui est toujours en cours. Beaucoup plus ambitieuse, elle s'achèvera lorsque 35 000 mobiles seront vendus. Selon le compteur du site, pratiquement les deux tiers de l'objectif ont été atteints (21 939 téléphones ont trouvé preneur).

Mardi, le projet Fairphone a publié une mise à jour rendant compte de la livraison des terminaux composant cette deuxième phase. En huit semaines, pas moins de 20 640 exemplaires ont été expédiés de Chine vers les Pays-Bas — pays d'origine de l'initiative Fairphone —. Une fois sur place, les mobiles sont ensuite dispatchés sur toute l'Europe en fonction du lieu de résidence des clients.

Le projet Fairphone vise à construire un téléphone à la fois écologique et équitable. Il s'agit d'une part d'avoir le moins d'incidence sur l'environnement, et d'autre part de respecter les principes du commerce équitable. Si le mobile est produit en Chine, les responsables de l'initiative s'emploient à ce que chaque employé bénéficie d'une meilleure paie et de meilleures conditions de travail.

En outre, le mobile essaie d'éviter de puiser dans des ressources issues de zones en guerre ou contrôlées par des bandes armées qui s'en servent pour financer leur lutte ou étendre leur trafic. Les responsables se tournent donc vers des mines qui ne font pas l'objet d'un combat armé. Un documentaire, Blood in the mobile, souligne bien l'effet direct de ces matières premières sur les conflits africains.

Le projet Fairphone n'est évidemment pas parfait. Cependant, les considérations éthiques, écologiques et sociales sur lesquelles il repose vont plus loin que nombre d'acteurs dans l'industrie de la téléphonie mobile. L'essentiel est de toute façon de tendre vers cet idéal du mobile totalement écologique et équitable. Cela ne pourra que faire progresser cette initiative.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés