Alors qu'elle est tabou dans l'industrie musicale, l'idée d'un service gratuit fait son chemin dans la filière cinématographique. Le spécialiste de la location de vidéos en ligne Glowria annonce qu'il devrait lancer un service de VOD gratuite avec Neuf Cegetel.

Mihai Crasneanu était interviewé mercredi par nos confrères du Journal du Net. Le PDG de Glowria se montre très confiant sur l’avenir de la vidéo sur Internet et constate que « la vraie perdante serait plutôt la télévision classique, car les consommateurs ne souhaitent plus être soumis à des horaires fixes« . Après avoir levé 4 millions d’euros qui lui ont permis de se développer en France puis en Allemagne, Glowria a lancé son service de vidéo à la demande (VOD) en décembre avant de conclure le mois dernier un accord avec Neuf Cegetel pour figurer sur le bouquet de TV par ADSL de l’opérateur Neuf Telecom. Le catalogue de Glowria compte aujourd’hui environ 800 titres mais l’objectif est de parvenir « rapidement » à 12.000 titres.

Mais c’est surtout vers l’avenir que se tourne le loueur de vidéos en ligne. «  Nous pensons lancer un système de VoD gratuit qui serait financé par la publicité, notamment dans le cadre du partenariat avec Neuf Cegetel« , annonce ainsi Mihai Crasneanu. Faute de recueillir une confiance totale dans ce modèle économique, « les programmes concernés seront probablement issus d’anciens catalogues« , préfère prévenir M. Crasneanu.

La VOD gratuite s’accélére en France

Récemment, TF1 s’est lancé dans l’expérience de la gratuité avec Le Maître du Zodiaque, disponible chaque semaine gratuitement en streaming. Paris-Première a lui aussi démarré un service de VOD gratuite et propose même le téléchargement par P2P de ses émissions stars. Et AOL, qui a le premier investi le terrain de la VOD gratuite avec In2TV aux Etats-Unis, prévoit de sortir le même service en France avec des séries TV d’ici la fin de l’année.

Outre la gratuité il restera cependant d’autres problèmes à régler pour convaincre totalement les consommateurs d’adhérer à un système gratuit financé par la publicité. « Devoir attendre entre six mois et un an pour proposer un film en VoD ou en location devient complètement aberrant. Les consommateurs ne souhaitent pas attendre tout ce temps et vont se servir illégalement en P2P« , constate ainsi le PDG de Glowria. « Pourquoi ne pas créer des fenêtres différées au titre par titre ? Les petits films dont on parle peu au cinéma sont encore plus étouffés par un tel système, car au moment de leur sortie, tout le monde les a oubliés. Alors que s’il y avait une souplesse de la fenêtre d’exploitation, ils pourraient avoir une deuxième chance et profiter du buzz« , pense-t-il.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés