Microsoft va définitivement fermer Windows Live Messenger. Déjà mis hors course dans la plupart des pays du monde, le logiciel est encore actif en Chine. Celui-ci tirera sa révérence le 31 octobre.

Microsoft va définitivement mettre un point final à l'histoire de Windows Live Messenger. L'entreprise américaine prévoit en effet de fermer son service de messagerie instantanée le 31 octobre, après quinze ans d'existence. Au-delà de cette date, les usagers seront redirigés vers Skype, qui propose des outils similaires en plus de ses fonctionnalités téléphoniques de voix sur IP (VoIP).

Comme le précise la BBC, cette annonce va affecter exclusivement les internautes chinois. En effet, Microsoft avait déjà imposé cette transition pour les autres utilisateurs. Annoncée en novembre 2012, elle est devenue effective en mars de l'année suivante, date à laquelle l'accès au service a été fermé. La fusion entre Windows Live Messenger et Skype est ensuite survenue en avril.

Le délai dont a bénéficié le public chinois s'explique par les règles d'accès au marché local. En effet, Skype ne peut maintenir ses activités dans le pays s'il n'a pas un partenaire sur place. Lors de l'annonce de la fermeture de Windows Live Messenger, Skype étant en contrat avec Tom Online pour fournir une version censurée et surveillée du logiciel.

Depuis, une nouvelle société chinoise est devenue partenaire de Skype. Et la situation ne s'est pas arrangée. L'on peut supposer que le délai a non seulement permis d'assurer la transition entre Tom Online et Guangming Founder, mais aussi de préparer la fusion entre Skype et Windows Live Messenger afin que le produit final puisse toujours être censuré et espionné.

D'abord acquis par eBay, Skype a été racheté par Microsoft pour 8,5 milliards de dollars en mai 2011.

Du fait du montant dépensé pour le logiciel, l'entreprise a tenu à le développer et à le rendre incontournable pour les internautes, quitte à leur forcer la main en fermant un outil de messagerie instantanée qui était pourtant très populaire (quoique de plus en plus concurrencé par les réseaux sociaux et en particulier Facebook et son service de discussion).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés