SFR a porté plainte contre Free pour concurrence déloyale. L'opérateur au carré rouge reproche en particulier à son concurrent de l'avoir dénigré en utilisant des termes très critiques lors de sa campagne promotionnelle, survenue il y a deux ans.


Lorsque Free a dévoilé son forfait mobile illimité à 19,99 euros par mois, Xavier Niel a mené une campagne de communication particulièrement piquante contre ses concurrents. Les clients des autres opérateurs ont été présentés comme des pigeons (comparaison qui sera notamment reprise dans une publicité), tandis que les forfaits ont été qualifiés de "RSA" : Racket Super Arnaque.

Dans le camp d'en face, les railleries de Xavier Niel n'ont évidemment pas été appréciées du tout. Déterminé à obliger Free à mener une stratégie marketing un ton en dessous, Bouygues Télécom a porté l'affaire en justice obtenu la condamnation de son rival. Outre des dommages et intérêts fixés à 25 millions d'euros, Free n'a désormais plus le droit d'employer certains termes dans sa communication.

Ces propos remontant à 2012, l'on pourrait croire qu'ils appartiennent définitivement au passé. Or, il s'avère que non. D'après BFM TV, SFR n'a pas digéré l'attitude de Free lors de la présentation de son offre mobile et dans les semaines qui ont suivi. L'entreprise a en effet déposé une plainte auprès du tribunal de commerce de Paris et demandé plusieurs millions d'euros de dommages et intérêts.

Au regard du précédent ayant opposé Free à Bouygues, SFR a de fortes chances d'obtenir gain de cause à moins que les deux parties ne trouvent une solution pacifique d'ici là. Cela étant, il est tout à fait étonnant que SFR réagisse si tardivement. C'est à se demander s'il n'y pas d'autres enjeux cachés. Le fait que Free a signé un accord visant à verser 100 millions d'euros à Bouygues a peut-être pesé dans la balance…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés