C'est un résultat exceptionnel à son échelle, mais décevant au regard de l'ampleur médiatique de l'opération. Relevé par de très nombreuses personnalités à travers le monde, le fameux Ice Bucket Challenge a permis à l'association ALS de lever en un mois 80 millions de dollars pour la maladie de Charcot. Beaucoup, et peu à la fois.

Bill Gates, Larry Page, Satya Nadella, Rihanna, Harrisson Ford, Christiano Ronaldo, George Bush,… On ne compte plus aujourd'hui le nombre de célébrités internationales et de géants du web qui ont répondu au défi du Ice Bucket Challengepopularisé par Mark Zuckerberg. Le grand public s'y est mis aussi, et l'on compte aujourd'hui plus de 1,65 million de vidéos du "Ice Bucket Challenge" sur YouTube.

L'opération de communication avait pourtant dans son concept-même quelque chose d'étrange, voire d'indécent. Des personnalités multi-millionnaires, voire milliardaires, se mettaient au défi de se jeter un sceau d'eau glacée sur la tête, pour ne pas avoir à verser 100 dollars de dons à l'association ALS, qui lutte contre la maladie de Charcot. Mais beaucoup d'entre elles ont pris le soin de dire qu'elles acceptaient le défi tout en effectuant un don. L'honneur est sauf.

Autant (ou pas davantage) que le Téléthon en France

Reste que le Ice Bucket Challenge n'est pas encore la réussite financière que l'on pouvait attendre au regard du succès international magistral de l'opération de marketing viral.

Sur son site, l'association ALS qui a lancé l'opération indique avoir obtenu en un mois 80 millions de dollars de dons, grâce à 1,7 millions de donateurs. C'est énormément plus que les 2,5 millions de dollars obtenus en août 2013. Mais à titre de comparaison, pour la France uniquement, le Téléthon avait levé 89 millions d'euros en 2013. 

Or ce type d'opérations ne fonctionne qu'une fois et les associations qui seraient tentées de l'imiter auront bien du mal à obtenir le même succès. Chacun se souvient de la homepage de 1 million de pixels vendus 1 pixel chacun, qui a rapporté 1 million de dollars à son créateur. Beaucoup avaient voulu l'imiter, en vain.

Contactée par Numerama, la Fondation ALS Hope qui a elle-même "levé presque 50 000 dollars" grâce aux effets de bord, se réjouit pour sa part du succès extra-financier de l'opération. "Le défi a attiré tant d'attention sur la maladie de Charcot qu'il ne s'agit plus d'une maladie plongée dans le noir", se félicite Jaquellyne Hengst, directrice du développement de l'ALS Hope Foundation. "Le monde découvre enfin les ravages que cette maladie crée chez les individus, et l'urgence d'un traitement".

Mais y-a-t-il vraiment beaucoup d'internautes qui, après avoir regardé ça…

… ont pris conscience de ça ?

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos