Google renforce sa lutte contre le spam. L'entreprise américaine annonce une modification dans ses filtres afin de mieux combattre les messages indésirables mélangeant, dans certains mots, les caractères latins et les symboles inhabituels.

Face au fléau du spam, Google propose une nouvelle protection pour filtrer encore plus finement les messages indésirables mais aussi les tentatives d'hameçonnage (phishing) visant les données personnelles des internautes. En effet, la société américaine est désormais mieux armée face à certaines combinaisons mélangeant des lettres latines avec des caractères plus exotiques.

Sur son blog dédié à la sécurité, Google rappelle en effet que la forme de certains symboles est particulièrement proche d'autres signes. La lettre « o » est ainsi similaire de l'omicron ( « ο » ) et du zéro ( « 0 » ). Idem pour la lettre « a » et le signe alpha « ? ». La distinction n'est pas toujours aisée, d'autant que certaines polices de caractère ne facilitent pas les choses.

Une lecture quelque peu inattentive pourrait ainsi tromper l'internaute un peu trop pressé. Il pourrait ne pas prendre garde à la différence entre « shopping » et « shοpping » ou « banque » et « b?nque ». C'est pourquoi certaines combinaisons suspectes (à l'image des exemples donnés précédemment) seront désormais mieux prises en compte dans les filtres anti-spam.

Cette évolution est rendue nécessaire par l'émergence des noms de domaine internationalisés. Ces derniers permettent en effet d'écrire des adresses avec des caractères n'appartenant pas à l'alphabet latin (comme l'arabe, par exemple) ou utilisant des accents sur certaines lettres, à l'image du français. De nombreuses langues européennes sont dans cette situation, d'ailleurs.

Certains fraudeurs pourraient ainsi, en plus du mail piégé, être tentés de mettre en place une fausse page imitant un site web légitime, en utilisant des lettres inhabituelles mais proches de l'alphabet latin, dans l'espoir de récupérer les données personnelles des internautes n'ayant pas été très prudents.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés