Rien ne va plus à Hollywood. La réalité dépasse la fiction. La MPAA s'est alliée à un grand spécialiste du porno et du piratage et applaudit des deux mains un filtre appelé "Johnny" qui a encore beaucoup à prouver... mais qui fait la promotion des contenus illicites d'un fournisseur de newsgroups.

Il est fort, Johnny. « Johnny peut identifier une vidéo, même si la vidéo a été modifiée, recadrée, reformattée, ré-encodée ou repostée« . « Johnny analyse la vidéo sous sa forme numérique et génère une empreinte numérique pour chaque vidéo. Lorsque Johnny a scanné une vidéo, cette vidéo est bloquée du partage de fichiers illégal ou de sa distribution« . Johnny, c’est le petit nom du système mis en place par GUBA, sous les applaudissements de la MPAA.

Spécialiste du porno sur newsgroups, des vidéos piratées et autres réjouissances numériques, GUBA est parvenu à la surprise générale à s’acheter une image de marque auprès de l’industrie du film. Depuis un mois, il diffuse en toute légalité des films de Warner Bros. et de Sony, et le voici donc cul-et-chemise avec le lobby hollywoodien pour mettre en place un filtre anti-piratage sur les vidéos. La MPAA dresse Johnny en exemple et espère que « d’autres sites de ce genre emploieront des technologies similaires« . Elle pense bien sûr à YouTube, Ravver, DailyMotion, Google Video, …

Ainsi si l’on en croit Johnny, GUBA et la MPAA, nous ne devrions donc plus voir ceci, ni ça, ni ça, ni… Mais pour le moment, Johnny a encore beaucoup de travail sur les planches.

(merci à Roy)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés