La police a diffusé une mise en garde contre un virus qui tente de racketter les internautes en leur faisant croire qu'ils ont commis une infraction. Selon le message des forces de l'ordre, cette menace se répandrait en particulier via les sites de streaming.

Prenez garde si vous avez l'habitude de fréquenter des sites de streaming. Selon un message de la police nationale diffusé en début de semaine, une tentative d'escroquerie est actuellement active et "a déjà touché de très nombreuses personnes utilisant le système d'exploitation Windows en leur soutirant de l'argent". D'après les forces de l'ordre, les sites de streaming sont les principaux vecteurs de cette menace.

"Si votre PC se trouve infecté, votre ordinateur se trouve alors bloqué, et une image vous sera constamment présentée, ce même après avoir procédé au redémarrage de votre PC", prévient la police sur son site web, qui ajoute que ce "virus sévit depuis quelques temps déjà sur le net" et s'avère "particulièrement répandu en France".

Ransomware

Si vous vous intéressez à la sécurité informatique, vous aurez certainement reconnu les caractéristiques d'un "ransomware" (ou "rançongiciel") dans la description faite par la police. L'objectif de ces logiciels est de bloquer le fonctionnement de l'ordinateur ou de rendre inaccessibles certaines données stockées sur le PC, avant d'exiger le paiement d'une rançon pour faire cesser le chantage.

Pour faciliter la propagation de ces virus, les auteurs essaient de faire croire à la victime qu'elle a commis une infraction et que seul le paiement d'une amende permettra d'éviter d'avoir à faire à la justice. Selon la police, les montants exigés dans le cadre de ce racket vont en général de 70 à 100 euros. Les paiements doivent alors être effectués via des plateformes en ligne, comme Ukash ou Paysafecard.

Évidemment, il ne faut jamais donner suite à ces messages. "Ce message est une arnaque et n'émane en aucun cas de la Police Nationale ou d'une autre administration ! Ne payez sous aucun prétexte !", met en garde la police. Une mise en garde visiblement qui n'est pas connue de tous, puisque les victimes sont nombreuses et le fléau manifestement très étendu.

Problème croissant

Il faut dire que l'argent généré avec les ransomwares est important. En 2012, Europol indiquait qu'il s'agit "d'un gros business, qui génère des millions d'euros pour les groupes de crime organisé". Même son de cloche chez Trend Micro, qui déclarait que "les revenus générés par cette menace sont estimés à plus d'un million d'euro par an", avec des victimes qui se comptent par dizaines de milliers.

Ce problème, loin d'être nouveau, avait convaincu plusieurs États membres de l'Union européenne d'organiser des réunions au sein d'Europol, dans la mesure où les formes prises par ces menaces sont très variables selon les pays. Par exemple, un ransomware a circulé en France en profitant de l'existence de la Hadopi pour inciter les victimes à payer une amende pour un prétendu piratage.

Si vous êtes dans cette situation, sachez qu'il existe des guides pour remettre votre ordinateur en état et le conserver à jour. Si vous avez d'ores et déjà payé, il faut d'une part contacter la plateforme sur laquelle le virement a été passé pour demander son annulation. Ensuite, il faut déposer plainte.

( photo : David Monniaux )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés